Nombre total de visites : 3908372
Aujourd'hui : 989
En ligne actuellement : 2

LA France malhonnête et hypocrite a peur du retour du président GBAGBO en côte d'ivoire, alors la négresse bensouda au service de la France et de sa CPI de merde TRAITE GBAGBO ET BLÉ GOUDÉ DE SANS PAPIERS

2019-02-01 21:37:19 - Du jamais vu au monde: blanchis et acquittés, Laurent Gbagbo, après avoir été maintenus en prison par la CPI, doivent maintenant retourner loger dans un foyer de sans abri aux Pays- Bas, le temps qu’on trouve un pays où ils seront surveillés comme des prisonniers ambulants!

La  Cour d’appel, à l’unanimité des cinq juges de la chambre , a décidé de libérer les deux prisonniers. Mais, la CPI interdit à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de ne plus rentrer chez eux en Côte d’Ivoire , parce qu’ils sont sans papiers et ne peuvent pas voyager. Ils devront aller dans un Etat qui accepte de les accueillir, comme des apatrides. Et ce pays devrait être dans le continent européen. En fait, la CPI  qui a déporté l’ancien  président ivoirien et son ministre, leur attribue  désormais le statut de Kunta Kinte, l’esclave qui était interdit par ses maîtres de porter son nom et de retourner en Afrique.
 
La chambre d’appel demande par ailleurs au greffe de prendre le relais et de préparer le départ des deux personnes acquittées. A noter que la chambre pourrait réaménager les conditions de cette remise en liberté tous les six mois.
 
Par cette décision inique, la CPI bafoue les principes élémentaires des droits de l’homme. Principes selon lesquels une personne acquittée doit être immédiatement remise en liberté et regagner son domicile. Mais non! Laurent Gbagbo et Blé Goudé qui n’ont jamais sollicité une double nationalité  peuvent  obtenir les papiers pour rester en Europe, et non un laisser-passer pour retourner en Côte d’Ivoire.
 
Les avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été obligés d’accepter les conditions à cette libération séquestration, sinon leurs clients blanchis et acquittés, allaient mourir en prison . Les masques sont tombés : la longue détention arbitraire de Laurent Gbagbo était seulement une parade pour  le détenir en otage, l’empêcher de retourner en Côte d’Ivoire prendre part à l’élection présidentielle de 2020.
 
Par CF - titre: AM

: Afrique Monde