Nombre total de visites : 3825548
Aujourd'hui : 116
En ligne actuellement : 3

Cameroun : « Tous dans la rue ! » Les appels à l'insurrection se multiplient suite à l'arrestation de Kamto et Dzongang

2019-01-29 06:55:40 - Le Cameroun sortira difficilement indemne de la crise électorale enclenchée par le hold-up électoral d'octobre 2018 qui met aux prises la majorité des Camerounais rassemblés derrière le président élu Maurice Kamto, d'un côté, et de l'autre la clique des usurpateurs coalisés derrière le dictateur usurpateur Paul Biya et son armée, reconduits au pouvoir par la force.

L'un des derniers développements de cette situation délétère est l'arrestation aux allures de coup d'Etat,  lundi soir, de Maurice Kamto et de son Conseiller stratégique Albert Dzongang après un siège d'environ quatre heures au siège au domicile de monsieur Dzongang  au quartier Ndogbong, près de la société brassicole Guinness. 
 
Depuis, une vive tension règne dans la ville où les partisans du changements s'attendaient à une telle escalade en prévision des manifestations populaires prévues pour les 2 et 9 février prochains. Pour ceux-ci,  l'arrestation du président Maurice Kamto n'est ni plus, ni moins, qu'une déclaration de guerre à laquelle il faut répondre de la manière la plus appropriée qui soit.
 
Moins extrémistes, d'autres voix ont appelé les Camerounais à se mettre debout et à prendre la rue cette nuit jusqu'à l'obtention de la libération de Maurice Kamto et des autres personnes arrêtées, afin de prouver à Biya et sa clique que le peuple est le véritable déteteur du pouvoir. C'est le cas de Max Senior Ivoire dont nous publions ici un extrait de l'appel émouvant.
 
« A tous les combattants, je viens de recevoir l'information selon laquelle le régime dictatorial et sanguinaire de Yaoundé  vient d'arrêter le président élu, Son Excellence Maurice Kamto. Ceci est un appel à tous les patriotes soucieux du changement dans notre pays. Ces personnes ont déclaré la guerre au peuple. Le peuple n'a pas besoin des armes à feu pour se faire entendre. Le peuple n'a pas besoin d'aller brutaliser les gens pour se faire entendre. Le peuple a la force du nombre. Le peuple n'a jamais tort. Le peuple peut se lever et faire arrêter tout ce qui se passe. Le rapport des forces est du côté du peuple. Le peuple est souverain, le peuple n'a jamais tort. AU contraire, c'est lui qui peut imputer le tort.
 
 
La balle est dans notre camp. Un mépris de plus, un mépris de trop, mes chers frères et sœurs ! 
Si tu es combattant, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, le moment est venu. Ils ont osé ! C'est maintenant que nous devons voir à qui appartient le réel pouvoir. Levez-vous ! tout le monde debout ! Que tout le monde soit dans la rue ! Ceci est un appel solennel. Combien de temps allons-nous laisser nos pays entre les mains de ces pillards ? Tout le monde debout, c'est un devoir citoyen ! Tu es en Europe, aux Etats-Unis, en Asie, En Afrique ? Partout, et surtout au Cameroun, voici le moment de nous faire entendre. Arrêter celui-là qui a été élu à la majorité des suffrages le 7 octobre dernier, c'est déclarer la guerre aux Camerounais. Quechaque Camerounais qui veut le changement dépasse la peur, et passe aux choses sérieuses. Nous n'avons pas besoin des armes à feu… Notre nombre va les faire fuir. »   
 
Youssouf Mbouombouo

: Afrique Monde