Nombre total de visites : 3821378
Aujourd'hui : 436
En ligne actuellement : 1

Selon des journalistes français, la CPI a été instrumentalisée par l'Etat français pour n'accuser que le camp Gbagbo (Vidéos)

2019-01-25 14:44:51 - « On a sorti Gbagbo, on a installé Ouattara ». Sarkozy in ça reste entre nous.

Malgré le fait que le camp Ouattara ait été accusé d'avoir commis des massacres à caractère génocidaire à Duékoué lors de leur avancée sur Abidjan avec le soutien de l'armée française, l'Etat français aurait tout fait pour protéger Ouattara et ses rebelles et accuser le camp Gbagbo auprès de la CPI.
 
Du moins c'est ce que narre, la journaliste française Stéphanie Maupas. Dans son livre Le Joker des Puissants paru aux éditions Don Quichotte, la journaliste révèle le contenu de confidences très éclairantes faites par l’ancien procureur Louis Moreno Ocampo à des diplomates. « Les Français nous ont dit d’accord, mais on ne fait que Gbagbo. Ils ne voulaient pas enquêter sur l’autre côté. Et ils ont pris tout en charge, les salaires et les frais », aurait-il lâché.
 
Ces informations semblent confirmées par les révélations de Mediapart sur "le drôle de jeu de l'Etat français et la Cour Pénale internationale" avec pour objectif "d'écarter durablement Gbagbo du pouvoir avec en coulisse la France à la manoeuvre." Cette manoeuvre est étayée par une note confidentielle de la diplomatie française obtenue par Mediapart.  

 

Mondafrique ajoute : "Il suffit de surveiller les tendances sur les réseaux sociaux, y compris dans des pays historiquement « hostiles » à Gbagbo comme le Burkina Faso, pour se convaincre que le procès de la CPI restera inscrit comme une mascarade néocoloniale. Certes, c’est Nicolas Sarkozy qui a eu la peau de Laurent Gbagbo et a voulu l’exposer au « cirque » de La Haye. Mais un des avocats du régime Ouattara, à la manœuvre sur ce dossier, est Jean-Pierre Mignard, un ami intime de François Hollande. Et sous le règne d’Emmanuel Macron, pas une vois officielle ne s’est élevée pour prendre une certaine distance avec la farce judiciaire qui se jouait à la Haye." 
 

  

 
par SLT

: Afrique Monde