Nombre total de visites : 3793936
Aujourd'hui : 929
En ligne actuellement : 5

RDC : Poussé à la faute, Fayulu se proclame vainqueur avec 61% des voix et attribue 18% à Tshisekedi

2019-01-11 17:54:58 - Arrivé 2ème avec 34,8% à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 selon les résultyats proclamés jeudi par la Commission électorale Nationale Indépendante (CENI), Martin Fayulu, candidat de la coalition Lamuka qui a rejeté hier les résultats et accusé la centrale électorale de lui avoir « volé[sa] victoire, tente depuis vendredi le va tout.

Après avoir dans un premier temps suggéré insidieusement par un de ses alliés interposé  (Jean-Pierre Bemba) un recomptage des votes, le candidat malheureux qui avait par ailleurs annoncé qu'il saisira la Cour Constitutionnelle, a réitéré aujourd'hui cette option sienne.
 
Ajoutant un brin supplémentaire de surréalisme à la surenchère sur fond d'escalade qui émaille depuis les lendemains du dernier scrutin en RDC, Martin Fayulu qui se prend beaucoup trop au sérieux depuis que des leaders politiques un peu plus côtés en RDC mais n'ayant pas pu faire valider leurs candidatures à l'élection présidentielle de 2018 (Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba) ont tenté de l'imposer comme le candidat commun de l'opposition à la présidentielle à travers les accords mort-nés de Genève, a affirmé avoir raflé 61% de suffrages au scrutin d'il y a environ deux semaines. Toujours selon monsieur Fayulu, Tshisekedi n'aurait obtenu que 18% de voix.
 
«Nous irons demain samedi à la Cour constitutionnelle» pour exiger «le recomptage des voix», a-t-il martelé  devant des partisans rassemblés vendredi au siège interfédéral du MLC de Jean-Pierre Bemba dans la commune de Kasa-Vubu àKinshasa.
 
Depuis la proclamation des résultats marquée par des scènes de liesse populaire incommensurable dans le pays où la population célèbre la victoire du leader du parti historique de l'opposition, Félix Tshisekedi Tshilombo qui avait reçu le soutien du 2ème parti de l'opposition, l'UNC et de son leader Vital Kamerhe, des officiels de certains pays occidentaux à l'instar du ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, ou encore de l'Union Européenne, tentent désespérément de jeter le discrédit sur le vainqueur, en faisant accroire que le résultat obtenu par celui-ci serait le fruit d'un arrangement avec le régime sortant de Joseph Kabila. 
 
Ils sont soutenus dans cette démarche par l'église catholique dont la Conférence Episcopale semble-t-il avait une préférence pour le perdant contestataire qu'elle tente elle aussi d'imposer aux Congolais.
 
Soutenu par les occidentaux et l'église catholique, Fayulu déterminé à mettre fin à la joie exprimée jeudi par les Congolais suite à l'annonce de la victoire de Tshisekedi
 
Sandra Andeme
 

: Afrique Monde