Nombre total de visites : 3793974
Aujourd'hui : 967
En ligne actuellement : 5

Christophe Dettinger, le boxeur qui a mis KO Bernard-Henri Lévy !

2019-01-07 22:01:04 - Il a fait la une des médias pour avoir affronté avec ses poings nus quelques CRS casqués et équipés. Il a consterné et épouvanté notre caste politico-médiatique. Il est aussi devenu un des symboles de cette violence populaire des gilets jaunes, jetés à la rue par quarante ans de réformes libérales.

Non, Christophe Dettinger n’est pas un lâche qui aurait tabassé plus petit que lui, car ce n’est pas dans ses habitudes. Notre bonhomme fut champion de boxe lourd-léger en 2007-2008, il est désormais fonctionnaire territorial à Massy (91) et mène une vie de modeste père de famille. Dans une vidéo, il s’est expliqué sur les raisons de son « pétage de plombs », avant de se rendre à la police :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/gilets-jaunes-le-boxeur-christophe-dettinger-qui-a-frappe-un-gendarme-place-en-garde-a-vue-07-01-2019-7982358.php

Dettinger déballe tout : les raisons de son engagement aux côtés des petites gens, la violence de la police (les gazages notamment), l’avenir incertain de ses enfants, son rejet des élites. Bien qu’apolitique, il serait fan de Marion Maréchal et de Coluche (d’après sa page Facebook). Notre gaillard de 37 ans, 1m92 et toutes ses dents (18 victoires en 23 combats pro), a certes confondu un peu vite son ring de boxe et la rue. Sur le pont Sédar Senghor, il s’est battu à un contre trois sans arbitre, et n’a fait que risquer d’encaisser des coups de matraques et de boucliers. Sed lex, dura lex, il aura à répondre d’agression sur les forces de l’ordre, et il l’assume.

Un vrai gaulois, altruiste et patriote, qui fait tant défaut à la France actuelle. Un prolo, petit fonctionnaire catégorie C (donc payé au SMIC), comme notre bourgeoisie bien pensante les déteste : nature, viril, courageux et ouvert aux autres. Du genre à faire sursauter l’élégant Bernard Henri-Lévy, engagé contre la violence des « gueux » depuis le début du conflit des gilets jaunes. D’ailleurs, on peut se demander si Dettinger ne serait pas un poil « antisémite », lui qui déteste autant les Rothschild, Goldman-Sachs et Cohn-Bendit que les policiers ?
 
Patatras ! On apprend que Christophe le boxeur est... yéniche d’origine. Il s’agit d’une communauté peu connue de manouches juifs d’origine alsacienne. Pratiquant ou pas, on ne peut l’accuser d’être un « vilain facho » comme notre BHL aime les pourfendre. Autre pied de nez au système, il est bien intégré, travaille pour une collectivité et éduque ses enfants. Loin de l’image « Django les bonnes combines » et autres clichés. Il est patriote, français et fier de l’être, Astérix énervé de temps à autre, mais certainement généreux et combattif, car sa jeunesse nomade lui a appris à se défendre face aux épreuves.
 
Plus que le pugilat avec les CRS, pour lequel la justice ne lui fera aucun cadeau contrairement aux racailles, trafiquants et délinquants en tous genres à qui on accordera l’excuse sociale et culturelle, il a commis un outrage politiquement correct impardonable : Christophe a fait fonctionner sa cervelle, a raisonné et a compris qu’il n’avait rien à attendre du système économique ultralibéral. Il s’est fait philosophe et guerrier, l’antithèse d’un Bernard-Henri Lévy, qui se croit seul autoriser à émettre des opinions, lui qui n’a jamais travaillé.
 
Christophe le patriote français et yéniche est bien le bonhomme de ce début d’année 2019, alliage de nervosité et de volonté d’en découdre, ce dont rêve notre prolétariat depuis plusieurs années. Ce n’est pas le peuple qui est violent, mais les politiques qui le pousse à le devenir. Il n’y a pas de raisons sans causes...
 
par France Républicaine et Souverainiste 

: Afrique Monde