Nombre total de visites : 3884094
Aujourd'hui : 776
En ligne actuellement : 2

Madagascar : Recrudescence des violences liées à la campagne électorale

2018-12-18 00:47:01 - « Les mauvaises pratiques de propagande » sont de retour, a indiqué le Projet d’appui à la prévention et à la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar (PEV Madagascar) dans sa récente publication.

Effectivement, à trois jours du scrutin du deuxième tour de la présidentielle, le climat électoral n’est pas seulement tendu, il s’est de plus en plus détérioré. Sur le terrain, les partisans des deux camps se toisent, des agressions physiques ont même été signalées. Les intimidations de tout genre, la violence des propos de part et d’autres des deux camps sont légions sur les réseaux sociaux et dans les médias.
 
Selon l’analyse de PEV Madagascar, « Les deux finalistes de la présidentielle participent à cette instauration d’un climat de tension à la veille du scrutin en dérogeant à la règle du fair-play électoral imposée par le cadre légal. En effet, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina s’attaquent mutuellement dans leur discours de campagne, une situation s’apparentant à un prolongement du premier débat présidentiel de dimanche dernier. » Ainsi, le candidat N°13 rappelle entre autres les affaires de « spoliation » de terres reprochées à son adversaire, dénigre le support ainsi que le programme contenu dans le « Manifesto », remet en cause les ambitions de développement du pays de Ravalomanana au bénéfice de ses entreprises et doute de sa capacité physique à diriger la Grande île. Du côté du candidat N°25, les discours se concentrent principalement sur le « coup d’État » de 2009 et son instigateur, sur le programme de son adversaire considéré comme utopique et sur la faible expérience en termes de gouvernance du camp Rajoelina, qualifiée « d’aventureuse ».
 
Une pratique de campagne particulièrement inquiétante fait actuellement son apparition, consistant à attaquer l’adversaire à travers des insertions publicitaires dans les quotidiens, souligne PEV Madagascar. Ainsi, le camp du candidat N°25 publie, dans Midi Madagasikara du 10 décembre, une photo d’Andry Rajoelina entouré de militaires, accompagnée de l’inscription « désordre/ bordel » qu’il expose à côté de l’image de Marc Ravalomanana, bénéficiant du titre « vérité/droiture ». Dans l’Express de Madagascar, le camp du N°13 répond dans un publi-reportage, à travers un article qui, comme en témoigne son titre : « Marc Ravalomanana : haine, divisions et racisme », incite incontestablement à la haine raciale et à la division.
 
Le projet PEV Madagascar énumère par ailleurs des tracts et journaux anonymes dénigrant principalement Marc Ravalomanana, retrouvés dans la Région Bongolava, à Antsirabe et à Toliara, les fausses affiches de propagande placardées dans la capitale mais également « interceptées » à Antsirabe, les accrochages durant les rencontres entre les cortèges lors des défilés et porte-à-porte, pour ne citer que dans le 5ème arrondissement de la capitale, à Toliara ou encore à Belalana, la perturbation des rassemblements, notamment à Mahajanga et à Ambatofahavalo et le « sabotage » du meeting de Marc Ravalomanana à Ambalavao, lorsque ses affiches et visuels de campagne ont été déchirés et substitués par ceux d’Andry Rajoelina au petit matin.
 
À Antananarivo, après le dernier meeting du candidat Marc Ravalomanana, samedi dernier, au stade de Mahamasina, une mère de famille aurait été agressée par des partisans du candidat Andry Rajoelina du côté d’Andohatapenaka alors qu’elle allait rentrer en bus à Ambohibao Antehiroka. Elle aurait reçu des galets sur le front et a eu le visage en sang. Toujours dans ce quartier et aux 67Ha, d’autres partisans de l’ancien président ayant choisi de rentrer à pied chez eux après le meeting ont été hués par ceux de l’autre camp. Dans l’après-midi, des consignes auraient été données aux partisans de Marc Ravalomanana d’enlever leur tee-shirt ou de mettre un autre vêtement dessus pour éviter les intimidations de la part du camp adverse.
 
Arena R.
 

: Afrique Monde