Nombre total de visites : 3724116
Aujourd'hui : 389
En ligne actuellement : 2

Cameroun - Rebondissement : 509 millions dépensés en 2016 pour 16 véhicules (CAN féminine) et le suivi des chantiers (Can 2019)

2018-12-03 17:40:31 - Décidément, la CAN de football féminin jouée au Cameroun en 2016 et de la CAN 2019 un temps attribuée au Cameroun avant que le pays de Paul Biya ne soit débouté pour infrastructures inexistantes, aura été porteuses de cannes très sucrées pour les plénipotentiaires en charge de leur organisation. En témoigne le scandale des dépenses faramineuses dans lesquels sont impliqués le  ministre camerounais des Sports et son collègue des Marchés publics.  

"Une opération mafieuse validée par le ministre des marchés publics, Abba Sadou"
 
Selon le journaliste et activiste  Boris Bertolt qui rappelle  ce scandale à la suite des nombreuses révélations qui commencent à crépiter sur la gestion financière à l'emporte-caisse de l'organisation foireuse de la CAN 2019, «  La gabegie était prévisible et visible depuis 2016 ».
 
« Cette année là, écrit-il sur un post publié sur Facebook,  alors que les chantiers de la CAN traînent ou pour être moins poli ne sont même pas encore engagés, Ismael Bidoung Kpwatt (le ministre des Sports et de l'Education Physique, ndlr), dans sa mafia avec l'aval de Abba Sadou(le ministre des Marchés Publics, ndlr), décide  de commander 16 véhicules pour un montant d'un demi milliard fcfa. ».
 
Ils n'en sont que plus croustillants, les détails de Boris Bertolt :
 
« En effet par la décision N°110/D/PR/Minmap/Dgmas/Dmag/2016 du 9 juin 2016, le Ministre des Marchés Publics, Abba Sadou a retenu comme entreprise adjudicataire du marché, la CAMI pour la livraison de 15 véhicules pour un coût total de 509 700 000 FCFA. »
 
« La livraison prévoyait: «un véhicule station wagon haut de gamme sûrement de type Land Cruiser Prado d'un montant de 90 millions FCFA, de 3 véhicules station wagon de gamme moyenne pour un montant total de 148,5 millions FCFA, de véhicules station wagon 4x4 pour 44 millions FCFA, de 7 véhicules pick-up 4x4 double cabine haut de gamme pour un montant de 189 millions FCFA et de 2 véhicules berlines de luxe d'un montant de 38,2 millions FCFA».
 
Les véhicules dont  parle Boris Bertolt étaient divisées en lots : lot n°1 (un véhicule station wagon haut de gamme ; lot n°2 (trois véhicules station wagon de gamme moyenne) ; lot n°3 (deux véhicules station wagon 4x4) ; lot n°4 (sept véhicules pick up 4x4 double cabine) ; lot n°5 (un véhicule Berline grand luxe) ; lot n°6 (deux véhicules Berline grand luxe).  Les lots 1 et 5 étaient consacrés  au déplacement des membres du gouvernement ; le lot 2 au déplacement des secrétaires généraux des ministères et assimilés ; le lot 3 au déplacement des directeurs de l'administration centrale et assimilés ; le lot 4 au déplacement des ingénieurs de suivi et le lot 5 consacré pour la liaison diverses des hauts responsables du secrétariat technique du Compi-Can. 
 
Par ailleurs selon le journaliste qui note qu'« On a atteint au sommet de l'Etat un niveau d'irresponsabilité indescriptible », « On évalue à près de 1000 milliards l'argent dépensé jusqu'à ce jour pour l'organisation de la CAN 2019 au Cameroun qui n'aura finalement plus lieu. ».
Et de conclure : « Il y a eu ce qu'on appelle le crime organisé autour de la CAN 2019. Et sur toutes leurs opérations de vol ils mentionnent: " sur hautes instructions du chef de l'Etat" ou " bien vouloir me tenir informé pour la très haute attention du chef de l'Etat". ».
 
Nul doute que dans les jours à venir, une pluie de révélations de forfaitures financières commises par des responsables du gouvernement camerounais  et assimilés va s'abattre sur le peuple qui n'aura plus que ses yeux pour pleurer, les présumés criminel –les crimes quant à eux sont généralement réels ou avérés- ayant des ramifications si solides qu'ils sont assurés aussi bien de leur intouchabilité par la  prétendue justice camerounaise que de leur inamovibilité, le président de la République ne contrôlant plus rien, comme vient de le prouver la surprise de sa vie qu'il a eue vendredi, en apprenant que malgré l'engagement personnel qu'il avait pris de faire en sorte que le Cameroun soit prêt « le jour dit » pour la CAN 2019, ses proches collaborateurs avaient pris un malin plaisir à ralentir les travaux de construction des infrastructures.  
 
 
Sandra Andeme

: Afrique Monde