Nombre total de visites : 3697429
Aujourd'hui : 475
En ligne actuellement : 3

Cameroun- Coup de force acté: Le président élu Maurice Kamto arrêté après la prestation… du serpent de Paul Biya

2018-11-06 17:29:26 - Resté intraitable depuis le vol de sa victoire le 22 octobre dernier par le régime du président sortant, Paul Biya, Maurice Kamto a été finalement arrêté cet après-midi du 6 novembre 2018, à son QG de campagne électorale, en compagnie  d'une vingtaine de militants et cadres des son parti, le MRC.

Au nombre de ceux-ci, un de ses alliés l'ancien Conseiller technique de Paul Biya, Christian PENDA EKOKA, qui l'avait rejoint peu avant le début  de la campagne électorale, ainsi que l'avocat Me. Emmanuel  Simh un des vice-présidents du MRC.
 
Cette arrestation qui s'est faite non sans l'exercice d'une violence inouie sur ces personnalités de l'opposition qui ont été copieusement tabassées par les forces de l'opposition avat d'être embarquées alors qu'elles se trouvaient dans des conditions déplorables, étaient une réaction du régime à la résistance de Maurice Kamto qui tentait, en présence de ses camarades et de nombreuses autres personnes, de passer outre les mises en garde des sécurocratesdu pouvoir, pour prêter serment, en qualité de président véritablement élu dans les urnes, comme la Constitution lui en confère le droit.  ,  
 
Le sort de cet enseignant de Droit et avocat au Barreau de Paris -qui a dernièrement lancé un programme de résistance nationale contre le hold-up électoral- était scellé depuis sa mise sous surveillance policière, accompagnée d'une interdiction de fait de sortie du territoire. Ce mardi 6 novembre, jour de la « prestation de serment » du président sortant dont la reconduction à la tête de l'Etat contre le gré de la majorité des Camerounais qui se sont prononcés contre lui et en faveur de Kamto le 7 octobre 2018, n'est due qu'à la volonté d'Elecam (l'organe en charge de la supervision des élections au Cameroun) dont tous les membres lui sont redevables de leurs nominations, ainsi qu'à l'insensibilité du Conseil Constitutionnel dont tous les 11 membres, en plus d'avoir été nommés par lui, sont, pour neuf d'entre eux, des militants son parti, le Rdpc, au sein duquel certains occupent même d'importantes fonctions de grande responsabilité.
 
C'est une autre page de l'après élection présidentielle 2018 qui vient de commencer à s'écrire au Cameroun, et nul ne sait, au regard de l'ambiance qui prévaut depuis l'annonce de l'arrestation de Kamto, jusqu'où cela va conduire ce pays déjà enguerre dans au moins cinq de ses dix régions. Une chose est sûre, après ce que les Camerounais considèrent depuis ce matin comme la préstation... du serpent du président déchu mais réélu par la force, celui-ci est déterminé à déverser sonvenin sur tous.
 
gare aux Camerounais donc!

Bob Ayuk et Natondi K.

: Afrique Monde