Nombre total de visites : 3697469
Aujourd'hui : 515
En ligne actuellement : 3

Feymania : LA PREUVE QUE LA LETTRE DE FÉLICITATIONS DE MACRON À PAUL BIYA EST FAUSSE

2018-10-31 22:33:44 - L’affaire de lettre  de félicitations attribuée à Emmanuel Macron et publiée par Paul Biya sur  Tweeter et sa page Facebook reste totalement floue. ‘Check News’ qui soutraite avec le journal Libération a enquêté.

 
” Contacté par Check News, l’Elysée confirme l’authenticité de la lettre. On précise qu’elle n’avait pas vocation à être rendue publique, ce qui explique qu’on n’en trouve pas trace ailleurs ” , écrit le journal. Cependant, l’Elysée ajoute: ” Il ne s’agit pas d’une simple lettre de félicitations comme dans tous les courriers protocolaires, il y a aussi un message adressé au destinataire”.
 
Depuis quand l’Elysée adresse les félicitations confidentielles à un chef d’État qui vient d’être élu? Alors que Paul Biya a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle par le Conseil Constitutionnel  le 22 octobre, pourquoi Macron a-t-il  attendu jusqu’au 25 octobre pour adresser les félicitations à Paul Biya? Sur le site officiel, voici le seul communiqué venant de l’Elysee le 25/10/2018 : http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/communique-entretien-du-president-de-la-republique-avec-le-roi-salmane-ben-abdelaziz-al-saoud/
 
Par ailleurs,  voici le communiqué qui a été publié  pour féliciter le nouveau président du Brésil , deux heures de temps seulement après  son élection:  http://www.elysee.fr/declarations/article/communique-election-de-jair-bolsonaro-a-la-presidence-de-la-republique-federative-du-bresil/
 
Emmanuel Macron adresse t-il déjà des félicitations clandestines à un chef d’État? Étaient Était-ce des félicitations ou des injonctions? Était-ce une lettre personnelle au point de ne pas comporter les armoiries de la République française? Pourquoi le porte-parole de l’Elysée ou  le chef d’État Emmanuel Macron ne publient aucun communiqué officiel pour lever tous les points sombres de cette correspondance dite “privée” rendue publique par le chef d’État camerounais? Pourquoi celui qui prétend  authentifier cette lettre ne donne-t-il pas son propre nom pour qu’il soit lui-même  authentifié et savoir s’il a qualité? Pourquoi cette lettre qui engage la République française ne figure pas dans le journal officiel et n’a pas été transmise à l’AFP et à la presse française comme l’exige la loi? Pourquoi la présidence de la république du Cameroun contactée par ‘ Check News’, refuse de s’expliquer sur cette affaire?
 
En réalité, selon des sources proches du Quai d’Orsay,  Emmanuel Macron a bien reçu un courrier du candidat Maurice Kamto avec toute la documentation de la fraude électorale. Ayant requis l’anonymat, un haut responsable a déclaré: ” Même quand il faut frauder, il faut être intelligent. Or, sur les procès verbaux  que nous avons reçus, le faux est flagrant jusqu’aux signatures “. Et que dire alors de cette nouvelle signature de Macron que ses propres collaborateurs ont de la peine à reconnaître?
 
Après l’affaire des faux observateurs de Transparency International, les faux procès verbaux d’ELECAM, Emmanuel Macron ne veut pas se mouiller ou ridiculiser publiquement Paul Biya, au risque de donner le crédit à la coalition Akere Muna-Maurice Kamto. Il avait déjà adressé une invitation avant même la tenue de l’élection de venir participer au forum pour la Paix qui se déroulera du 11 au 13 novembre à la Grande Halle de la Villette. L’Élysée tente de sauver Paul Biya qui s’autoproclame ” meilleur élève de la France “, et qui lui donne du pétrole, du bois, le port, les chemins de fer, les télécommunications, les brasseries  et tous les secteurs juteux de l’économie.
 
Mais le séjour de Paul Biya en France ne va pas passer inaperçu. Une contre manifestation se déroulera à Paris au départ de la place de la  République. Parmi les signataires de la manifestation, il y a la fondation Frantz Fanon, des activistes panafricanistes et d’autres associations qui viendront soutenir la diaspora camerounaise pour protester contre le hold-up électoral du sous-préfet français  Paul Biya.
 
Par CF
 

: Afrique Monde