Nombre total de visites : 3697449
Aujourd'hui : 495
En ligne actuellement : 5

Madagascar : L’ouverture de la liste électorale et la mise en place d’une cour électorale spéciale acquise.( eux au moins n'accepteront jamais Elecam et conseil constitutionnel bidon a la sauce Paul Biya du Cameroun)

2018-10-20 15:30:16 - Un accord politique. C’est ainsi que les candidats à la présidentielle réunis au bureau de la CENI à Nanisana a appelé la décision prise à l’issue de cette réunion, la deuxième de ce genre en une semaine. Comme il fallait s’y attendre, les candidats présents ont pris la décision d’ouvrir la liste électorale pour corriger les erreurs évoquées et constatées jusqu’ici. Il a également été décidé de mettre en place une Cour électorale spéciale pour juger les contentieux en matière électorale et d’organiser une conférence souveraine.

Pour en arriver à cette décision dépourvue de détails et sujette à de nombreux questionnements, il a fallu plus de 5 heures de discussion. Mais la préoccupation des citoyens porte essentiellement sur le maintien ou le report du premier tour de l’élection présidentielle, prévu le 7 novembre prochain. Selon Hery Rakotomanana, président de la Commission électorale nationale indépendante, il faudra environ trois mois pour la correction de la liste électorale. Une alternative extraconstitutionnelle, le recours à l’ordonnance, a pourtant été évoquée.
 
Les problèmes sur cette liste électorale, il y en aura toujours regrette le président de la CENI qui a évoqué que la seule manière de l’éviter rester l’utilisation de la liste électorale biométrique, certainement couteuse et pouvant nécessiter de très long moment. Pour éviter le report de l’élection, l’ancien Premier ministre candidat, Olivier Solonandrasana Mahafaly a proposé une solution extraconstitutionnelle : le recours à l’ordonnance que d’autres dirigeants comme l’Amiral Didier Ratsiraka avait utilisé sous son régime.
 
La mise en place d’une Cour électorale spéciale, l’équivalent de l’ancienne CES de la Transition, évoquée par les candidats est incontestablement une expression de leur méfiance envers les membres de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Cette dernière reste pour le moment la juridiction compétente en matière de contentieux électoral. Mais les décisions qu’elle a prises ces derniers temps, depuis notamment l’ordonnance de destitution du gouvernement en place en mai jusqu’au rejet pour irrecevabilité de la requête du « rassemblement des 21 candidats », hier, laissent perplexe les candidats.
 
Sur proposition de l’ancien président, Didier Ratsiraka et du député candidat, Jean-Max Rakotomamonjy, la tenue d’une conférence souveraine a été acceptée par les participants à cette réunion. Celle-ci a pour mission de prendre des décisions en matière d’assainissement de l’environnement électoral à Madagascar. Mais cette mission est aussi large et imprécise qu’on ne peut s’empêcher de s’interroger si elle va définir la nouvelle date de la prochaine élection, si le cas échéant, l’élection sera reportée, ou encore la modalité de désignation des membres de la CES. Mais il reste également à définir les participants à cette conférence et la date.
 
Autre point chaud évoqué lors de cette réunion des candidats a été la mise en place d’un nouveau gouvernement, qui, une fois de plus s’explique par la méfiance des candidats envers les dirigeants mais qui peut également interpréter comme une initiative malsaine de vouloir partager le « gâteau ». Mais il s’est heurté à un refus catégorique de l’ancien Premier ministre Jean Omer Beriziky et à l’indignation de Roland Ratsiraka, l’un des candidats arrivés en retard à cette réunion. Son inscription dans la décision prise par l’assemblée n’a pas donc été requise.
 
Le dé est alors jeté pour ces candidats ayant accepté de signer cet accord. Il reste à savoir si les membres de la HCC et le Gouvernement qui a déjà manifesté son insatisfaction par rapport au déroulement du débat en ordonnant la coupure momentanée de la diffusion en direct de réunion sur la chaîne de télévision nationale et le boycott de la diffusion de lecture de la résolution, vont l’accepter. D’autant plus qu’ils n’ont pas daigné participer à cette réunion bien qu’ils auraient été invités à y participer.
 
Les réactions des candidats absents à cette réunion, dont Andry Rajoelina, principalement mis en cause par les autres candidats pour les lourds moyens financiers utilisés durant cette campagne et des accusations de tentative de détournement de voix, et Marc Ravalomanana, sont également très attendues dans les jours à venir.
 
Arena R Madagascar-tribune - Titre:AM
 

: Afrique Monde