Nombre total de visites : 3697424
Aujourd'hui : 470
En ligne actuellement : 6

Cameroun/Présidentielle 2018 : Un député allemand invite la Communauté internationale à surveiller Biya de très près

 Outre les dénonciations sévères des candidats de l'opposition de la manière dont a été organisée la dernière élection présidentielle au Cameroun, la pression internationale s'intensifie sur le  régime du vieux dictateur et sur l'organe en charge des élections au Cameroun, qui a tout le long du processus, affiché son parti pris en faveur de son créateur, le président sortant. 

La dernière en date est celle du député allemand Dr. Christoph Hoffmann du parti FDP, qui a tenu en haleine ses collègues du Bundestag (Chambre basse du parlement allemand) au sujet de l'élection présidentielle controversée du Cameroun où l'on attend des résultats dans la crainte d'un embrasement du pays.
 
Mercredi déjà, c'est l'ambassadeur des Etats-Unis à Yaoundé, qui demandait à tous les protagonistes de cette élection d'œuvrer à l'apaisement de la situation alors que les populations craignent que le pouvoir fomente des actes de chaos sur fond d'exacerbation des antagonismes tribaux latents, pour en faire porter la responsabilité  à l'opposition, notamment au candidat Maurice Kamto qui, sur la foi –dit-il- des procès-verbaux à sa disposition,  a annoncé lundi avoir remporté le scrutin du 7 octobre. Dans son adresse aux politiques camerounais, le diplomate Peter Henry Barlerin qui a tenu à affirmer la neutralité de son pays par rapport aux acteurs  politiques de son pays d'accueil, a invité ces derniers à attendre la proclamation des résultats dans la sérénité avant d'entreprendre n'immporte quelle  action.
 
Or quand on sait que l'institution qui proclame les résultats est la Cour Constitutionnelle, et les décisions de celle-ci ne sont susceptibles d'aucun recours,  on en déduit que dans l'esprit du représentant de l'administration américaine au Cameroun, une fausse manœuvre dans la proclamation des résultats pourrait, au lieu de clore le processus électoral  enclenché depuis la convocation en juillet dernier du corps électoral, se révéler  la porte ouverte pour d'autres actions…
 
Le député allemand  Christoph Hoffmann s'est voulu quant à lui moins réservé et plus lucide sur ce qui pourrait advenir plus grand pays de la zone CEMAC, si ceux qui sont habilités à décider en dernier ressort du sort du scrutin présidentiel cédaient aux sirènes enchanteresses  de la dictature.   
 
Dans son allocutions dont Cameroonvoice relaie ci-dessous un résumé, monsieur  Hoffmann qui a fait un petit détour sur la crise anglophone qu'il qualifie de " conflit hideux et sanglant", met en garde les autorités allemandes, dont la Chancelière Angela Merkel, contre leur attentisme et celui de la communauté internationale qui pourrait avoir pour conséquence d'assister à la déstabilisation du Cameroun.
 
Points saillants de la déclaration du député Christoph Hoffmann
 
« Mesdames et messieurs, ça fait deux ans qu'une crise sévit dans la partie anglophone du Cameroun, une crise qui s'est transformée en guerre civile[...].
 
[...]Cette guerre est née de l'ignorance ou du manque de volonté du gouvernement camerounais à répondre à un besoin de régionalisme ou de fédéralisme [...].
 
[...]Des enfants sont fusillés, les vieillards brûlés dans leurs maison et des milliers de réfugiés [...].
 
[...]Nous nous dirigeons vers une  véritable catastrophe humanitaire [.. ].
 
[...]Malgré les multiples coopérations multilatérales, dont l'Allemagne est grande participante, ce pays n'a pu se stabiliser [...].
 
[.. ]Pourquoi une réaction aussi tardive de l'administration allemande, où est passé la pression multilatérale pour empêcher sinon amoindrir cette catastrophe humanitaire en préparation? [...].
 
[...]Il s'agit d'un conflit hideux et sanglant, et la solution se trouve uniquement dans la régionalisation ou le fédéralisme. L'Allemagne avec son expérience pourrait aider dans ce sens [...].
 
[...]Dimanche dernier les camerounais se sont rendus aux urnes pour élire leurs prochain président. Malheureusement il faudra attendre encore 14 jours pour compter les voix. Et pour enfin encore déclarer élu le vieux président de 85 ans, qui passe plusieurs mois à l'étranger en occupant tout un étage d'un hôtel cinq étoiles [...]. 
 
[...]Des 25 millions de Camerounais, seuls 6,5 millions ont pu voter, et dans la partie anglophone, le vote n'a tout simplement pas eu lieu. Des lois et une élection aussi injustes ne peuvent être acceptables [...].
 
[.. ]La communauté internationale doit absolument prévoir une phase transitoire après ces élections qui permettra une réconciliation nationale et éventuellement un retrait du président [...].
 
[...]Monsieur Maas, Madame Merkel, il est temps de prendre vos responsabilités et gérer cette crise avant qu'il ne soit trop tard, et d'ailleurs c'est dans l'intérêt de l'Allemagne, car il ne faudra pas après utiliser nos impôts pour des aides humanitaires d'urgence là-bas. [...].
 
[...] Et l'écrivain Nigério-américain Teju Cole aurait encore raison quand il dit, je cite: «Le matin, le sauveur blanc supporte des politiques brutales, l'après-midi, il trouve des dons, et le soir, il reçoit des récompenses.»[...]. 
 
Cliquer ici pour avoir la vidéo du discours de Christoph Hoffmann https://www.youtube.com/watch?v=pCzz_tR4a78
 
Sandra Andeme

: Afrique Monde