Nombre total de visites : 3678129
Aujourd'hui : 235
En ligne actuellement : 3

Exclusif-Cameroun : Maurice Kamto trainé au tribunal militaire après sa victoire à la présidentielle du 7 octobre

2018-10-09 20:16:47 - Les lendemains de l'élection présidentielle au Cameroun s'annoncent des plus troublants. Alors que le pays tout entier vit sous la hantise d'une répression qui s'annonce terrible si le président sortant ne se résout pas à se plier devant le verdict des urnes dont les tendances donnent majoritairement son adversaire, Maurice Kamto, vainqueur, un curieux Observatoire du développement sociétal, sous la plume d'un certain Koulou Engoulou, manifestement affilié au régime du président Biya, a porté plainte auprès du Tribunal militaire de Yaoundé contre Maurice Kamto et son Directeur de campagne, Paul Eric Kingue. Motif de cette levée de boucliers "citoyene", incitation à l'insurrection.

Plus royaliste que le roi, cette organisation citoyenne dont nul n'avait vent avant cette sortie (ce qui ne signifie pas qu'il n'ait probablement jamais existé)  semble être de tous les acteurs socio-politiques du Cameroun, le seul à porter sur sa tête l'intérêt de l'ordre républicain et de la paix comme on peut le lire sur le fac-similé de la plainte où il révèle à « Monsieur le Commissaire du gouvernement près le Tribunal Militaire de Yaoundé », sans doute endormi depuis tout ce temps-là les crimes commis par ses accusés : déclaration sasn preuve par Eric Kingue de la victoire de Kamto par Paul Eric Kingue, et annonce par Kamto lui-même de sa victoire au lendemain du scrutin et son invitation adressée au président sortant d'organiser une passation pacifique du pouvoir, tout ceci en violation des dispositions légales qui entourent les élections au Cameroun.
 
Sans préjuger de ce que cette démarche pourrait être inspirée par les sécurocrates de Yaoundé qui entendent ne rien ménager pour imposer une énième victoire aux forceps de Paul Biya, , à l'instar du ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji qui a menacé lundi  d'une transformation de l'Etat en monstre froid  pour faire respecter la loi, la plainte de  Observatoire du développement Sociétal donne déjà le ton de ce que sera la suite de l'élection présidentielle. 
 
Mais les réactions que nous avons enregistrées depuis que cette plainte a été révélée au public laisse craindre une  "libérianisation" du pays : « S'ils utilisent des paravents pour préparer une arrestation de Kamto ou de n'importe quel opposant, qu'ils sachent que nous sommes fatigués de nous faire marcher dessus par un régime qui n'a aucun respect pour les citoyens. Personne ne descendra plus dans la rue pour des marches pacifiques où l'on se fait tirer dessus.  Il n'est plus question de regarder  des Camerounais s'accaparer  notre Cameroun à tous au nom de la paix. La loi là sera respectée par tous ou ne le sera pas", vient de nous confier au téléphone un membre du mouvement citoyen "Chassement" qui a affirmé « garder l'anonymat pour l'instant, pour des raisons stratégiques »
 
Par ces temps où ça craint, il faut souhaiter, pour  ce pays qui a souvent traversé avec sagesse des moments difficiles, qu'aucun  des protagonistes ou apparentés ne franchisse la ligne rouge !
 
Ceci vaut appel au patriotisme de tous et de chacun.
 
 
Cameroonvoice

: Afrique Monde