Nombre total de visites : 3656841
Aujourd'hui : 695
En ligne actuellement : 4

Algérie : son frère hospitalisé, Saïd Bouteflika éloigne une Marocaine et un Tunisien du service

2018-09-02 23:21:13 - Saïd Bouteflika ne veut pas d’étrangers autour de son frère Abdelaziz, hospitalisé à Genève, raison pour laquelle le cadet du chef de l’Etat algérien a demandé à ce qu’un professeur tunisien qui travaillait dans le service hospitalier ainsi qu’une infirmière marocaine soient éloignés des lieux.

Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika est actuellement en Suisse pour les besoin de « contrôles médicaux périodiques ». Si les médias officiels se veulent rassurants, en indiquant notamment que « toutes nos sources assurent que l’état de santé du Président n’a connu aucune dégradation, contrairement à ce que propagent les informations véhiculées par plusieurs sources médiatiques douteuses et des pages Facebook suspectes », la vérité pourrait être toute autre...
 
Surtout que le journal Mondafrique révèle qu’Abdelaziz Bouteflika est soigné au huitième étage du service oncologie de l’hôpital cantonal de Genève, dans l’aile des malades en phase critique. Le site précise qu’à Genève, toutes les précautions ont été prises par l’entourage du chef de l’Etat algérien pour empêcher que la moindre information ne soit publiée sur l’état de santé de Bouteflika.
 
Le site, qui dit tenir ses informations d’Algériens venus rendre visite à un parent hospitalisé dans le même service d’oncologie, mais à l’autre bout du couloir. Ces Algériens ont en outre révélé avoir eu l’occasion de croiser et de saluer Said Bouteflika, frère du chef de l’Etat et les gardes du corps, ajoute que le secret a été exigé de tout le personnel médical.
 
Mieux, ajoute le journal, un professeur tunisien qui travaillait dans ce service ainsi qu’une infirmière marocaine ont été déplacés à la demande du frère du chef de l’Etat algérien, Said Bouteflika, qui est présent sur place. Les gardes du corps du Président Bouteflika sont logés dans les cinq chambres voisines de celles du malade et qui leur ont été réservées, ont révélé des Algériens venus rendre visite à un parent hospitalisé dans le même service d’oncologie, à l’autre bout du couloir.
 
Par Malick Hamid 
 

: Afrique Monde