Nombre total de visites : 3656843
Aujourd'hui : 697
En ligne actuellement : 3

Migrants : l’Italie met ses menaces à exécution en réduisant sa contribution à l’Union européenne

2018-08-25 22:37:37 - L’Italie met ses menaces à exécution. Le vice-Premier ministre italien a confirmé ce vendredi son intention de réduire la contribution de l’Italie au budget de l’Union européenne, faute d’accord à Bruxelles sur le sort de migrants bloqués sur un navire italien.

« L’Union européenne a décidé de tourner le dos à l’Italie encore une fois », a écrit Luigi Di Maio sur sa page Facebook. Avant d’ajouter que son pays n’a alors pas d’autre choix que de « prendre de manière unilatérale, une mesure compensatrice ». « Nous sommes prêts à réduire les fonds que nous donnons à l’Union européenne », a-t-il ajouté, soulignant que l’Italie n’accepterait plus d’être « humiliée ».
 
Menaces balayées par l’Europe
 
Le dirigeant italien avait pourtant adressé un ultimatum à l’Union européenne. Elle devait trouver une solution avant ce vendredi soir pour les 150 migrants du bateau Diciotti, bloqués dans le port de Catane, en Sicile. Autrement dit : les acheminer vers d’autres États membres. Une injonction balayée ce vendredi lors d’une conférence de presse.
 
« En Europe, les menaces ne servent à rien et ne mènent nulle part », a réagi un porte-parole de la Commission européenne, Alexander Winterstein. « Les commentaires peu constructifs n’aident pas et ne nous rapprochent pas d’une solution », a-t-il aussi souligné, ajoutant que la Commission « continue de travailler intensivement pour résoudre la situation ».
 
Des frontières communes
 
Le vice-Premier ministre italien a immédiatement sanctionné cette décision. « Ils veulent les 20 milliards payés par les citoyens italiens ? Qu’ils démontrent de le mériter et qu’ils prennent en charge un problème que nous ne pouvons plus affronter seuls. Les frontières de l’Italie sont celles de l’Europe », a écrit Luigi Di Maio.
 
Le blocage diplomatique s’amplifie entre l’Italie et l’Union européenne, tandis que le sort des 150 migrants reste incertain. Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a de son côté confirmé qu’aucun migrant du Diciotti ne serait autorisé à débarquer tant qu’une solution européenne ne serait pas trouvée.
 
Afrique Monde avec AFP
 

: Afrique Monde