::Afrique-Monde::
Nombre total de visites : 3633305
Aujourd'hui : 41
En ligne actuellement : 1

RDCongo : Jean-Pierre Bemba de retour en RDC dès le 31 juillet

2018-07-26 23:19:16 - Le programme de retour de Jean-Pierre Bemba en RDC s’affine de jour en jour. Fidèle Babala, secrétaire général adjoint de son parti le MLC, annonce ce jeudi à RFI que l’ancien vice-président fera d’abord escale à Gemena, le mardi 31 juillet. 

Jean-Pierre Bemba doit se rendre dans la province du Sud-Ubangui pour se recueillir sur la tombe de son père avant d’aller à Kinshasa comme prévu le mercredi 1er août.
 
Selon son entourage, Jean-Pierre Bemba voyagera à bord d’un vol privé, dans un avion de location, ses propres appareils étant cloués au sol depuis son départ, il y a onze ans. Jean-Pierre Bemba, qui devrait être accompagné de sa femme et de leurs cinq enfants, en profite donc pour avancer son retour au pays de 20 heures et réserver ses premiers pas congolais à la terre de ses ancêtres, à savoir Gemena dans le Sud-Ubangui.
 
C’est là qu’est enterré son père, Jeannot Bemba, qui a longtemps été le patron des patrons du temps du maréchal Mobutu. Emprisonné à La Haye, l’ex-vice-président n’avait pas été autorisé à se rendre en RDC au moment de la mort en juillet 2009.
 
La suite du programme est presque inchangée. Fidèle Babala confirme l’arrivée de Jean-Pierre Bemba le mercredi à Kinshasa, comme prévu, à l’aéroport international de Ndjili. La messe annoncée hier par la secrétaire générale du parti, Eve Bazaiba, n’est en revanche pas confirmée.
 
Côté sécurité, le MLC dit avoir déjà écrit au gouverneur de Kinshasa pour lui demander d’encadrer le parcours qu’empruntera le sénateur à son retour, et sollicite également l’appui de la Monusco.
 
Eve Bazaïba a également demandé au ministère de l’Intérieur que soit octroyée à Jean-Pierre Bemba une « garde permanente » d’une « dizaine de policiers » pendant tout son séjour. Nous ne souhaitons pas, explique-t-elle, faire appel à des services privés pour ne pas « être accusés » d'avoir recours à des « mercenaires ou des milices ».
 
Auteur: RFI
 

: Afrique Monde