Nombre total de visites : 3597040
Aujourd'hui : 142
En ligne actuellement : 1

Maroc : En solidarité avec la Palestine, la mairie de Rabat suspend son jumelage avec le Guatemala

2018-05-20 22:48:03 - Il était hors de question pour la mairie d'adopter un tel projet en ce moment".

SOLIDARITÉ - "A l'unanimité, le conseil communal de la ville a décidé de ne pas discuter l'accord de jumelage avec la capitale du Guatemala (Guatemala City)", déclare au HuffPost Maroc le premier adjoint du maire de Rabat, Lahcen Elomrani. Une décision que les membres de la mairie de Rabat ont pris au cours de la session ordinaire tenue le mercredi 16 mai, en réaction au transfert par le Guatemala, le même jour, de son ambassade de Tel-Aviv à Al-Qods.
 
Ce pays sud-américain a, en effet, rallié la décision du président Donald Trump qui, comme il l'avait annoncé, a officiellement transféré l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Al-Qods, le 14 mai, veille de la Nakba palestinienne. Le Guatemala devient ainsi le deuxième pays à procéder à ce transfert.
 
"Au mois de février dernier, l'ambassadeur du Guatemala avait rendu visite au président de la commune de Rabat et suite à leur entretien, le diplomate a proposé ce projet de jumelage entre les deux capitales", explique Lahcen Elomrani. Et de préciser que "par principe" un accord a été donné par la mairie pour concrétiser ce projet. "Nous voulions suivre les orientations royales visant à ouvrir le Maroc sur les autres pays quels que soit leurs penchants. D'ailleurs c'est grâce à ce choix de l'offensive que le Maroc a marqué son retour à l'Union africaine", souligne le premier adjoint du maire de Rabat. 
 
Après cette rencontre entre le maire et le diplomate guatémaltèque, ce dernier a réitéré sa demande par la voie d'un courrier. "Nous avons donc saisi le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération à ce sujet, comme le veut la procédure", indique-t-il, ajoutant que ce jumelage a donc été inscrit à l'ordre du jour de la session ordinaire de mai du conseil de la ville. Mais la décision du Guatemala d'emboîter le pas aux Etats-Unis a fini par amener la mairie de Rabat à changer d'avis. "La position du Maroc envers ce transfert a clairement été exprimée dans le message adressé par le roi Mohammed VI au président palestinien Mahmoud Abbas, le 14 mai", précise Lahcen Elomrani. 
 
En tant que président du Comité Al-Qods, issu de l'Organisation de la coopération islamique, le souverain y avait exprimé sa "profonde inquiétude et préoccupation" quant à "la mise en oeuvre de la décision de l'Administration américaine de reconnaître Al-Qods comme capitale d'Israël et d'y transférer son ambassade". Et d'estimer que "toute atteinte au statut juridique et historique reconnu d'Al-Qods renferme le danger d'entraîner la question palestinienne dans les méandres des conflits religieux".
 
La mairie de Rabat a pris donc une décision en cohésion avec la position nationale exprimée par le roi et le peuple ayant manifesté sa colère et son refus de la décision américaine, lors d'une marche organisée dimanche dernier au centre de la capitale. "Il était hors de question pour la mairie d'adopter un tel projet en ce moment", tranche le premier adjoint du maire, insistant sur le fait que ce jumelage est "mis en veille" pour "manifester notre mécontentement vis-à-vis de la décision du Guatemala".
 
Le conseil de la ville devra se réunir à nouveau pour discuter de la suite définitive à donner à ce jumelage.
 
Leïla Hallaoui - huffpostmaghreb.com
 

: Afrique Monde