Nombre total de visites : 3575582
Aujourd'hui : 23
En ligne actuellement : 1

Madagascar : Les députés de l’opposition veulent « fermer » la Banque Centrale

2018-05-07 21:34:42 - La fermeture des institutions ainsi que la recherche du blocage de l’appareil d’Etat au complet se poursuivra cette semaine selon la déclaration des députés de l’opposition samedi dernier. Cela débutera par la fermeture de la Banque Centrale à Antaninarenina.

Le bâtiment de la Banque Centrale se trouve à proximité du palais d’Etat d’Ambohitsirohitra, bureau de la présidence de la République. Un site censé être parmi les zones rouges. L’importance de la protection des locaux de la Banque Centrale est donc plus que justifiable et l’administration vraisemblablement va user de tous les moyens pour la protection de cet endroit stratégique. La fermeture de la banque centrale, perturbera probablement l’approvisionnement en billets de banques du Trésor public et de toutes les banques primaires au bout d’un certain temps et pourrait engendrer d’autres problèmes plus graves.
 
Les conséquences des manifestations conduites par les députés de l’opposition commencent pourtant à se faire déjà ressentir, notamment pour l’économie du pays. La semaine dernière, les autorités douanières avaient dues fermer le port de Toamasina alors que les manifestations dans la ville de l’Est s’intensifiaient. Selon les explications des responsables du port, les portails ont du être scellés pour préserver la sécurité du port et pour éviter que les manifestants ne s’y introduisent. D’autre part, certains douaniers essaieraient de bloquer la sortie de marchandises du port. Le port de Toamasina ne fonctionnant déjà qu’au ralenti avec les différents problèmes de flux de marchandises de ces derniers mois, la grève d’une partie des douaniers et cette crise politique ne feraient donc qu’aggraver davantage une situation déjà critique et les pertes économiques.
 
Selon les explications d’un opérateur économique du secteur privé, la situation actuelle a déjà altéré la confiance des clients qui passent leur commande à Madagascar, comme pour la filière textile. La stabilité est un facteur important d’investissement et de continuité des activités pour ces entreprises donneurs d’ordre car ils seront pénalisés si les usines ferment et que la machine administrative ne fonctionne pas correctement. Le secteur privé fera ainsi incessamment une déclaration commune sur la situation qui prévaut actuellement dans le pays.
 
Ny Aina Rahaga-Madagascar-tribune

: Afrique Monde