Nombre total de visites : 3575582
Aujourd'hui : 23
En ligne actuellement : 1

Après Kagame, Museveni s'exprime sur la RDC

2018-05-05 23:45:39 - En visite au Soudan du Sud où il fait office de médiateur dans la crise actuelle, Yoweri Museveni s'est fendu d'une diatribe sur le rôle des occidentaux dans l'instabilité qui règne en République démocratique du Congo.

De l'avis du président ougandais, ce sont les occidentaux qui tirent les ficelles à la tête de l'Etat. Il les accuse notamment d'avoir "tué Lumumba" et d'y avoir placé depuis des "marionnettes".
 
"Les pays occidentaux venus et ont tué Lumumba, l'accusant d'être communiste. Ils se sont débarrassés de lui car il n'était pas une marionnette. Ils ont ensuite mis un chef marionnette", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Dans sa ligne de mire, la mission des Nation unies au Congo, très souvent objet de critiques du dirigeant ougandais.
 
Yoweri K Museveni
@KagutaMuseveni
 In Congo in 1960, we had Patrice Lumumba whose party was forward-looking. The Western countries came in and killed Lumumba that he was Communist. They got rid of him because he was not a puppet. They then put a puppet leader. Since then, the UN is in Congo.

7:31 PM - May 3, 2018
 
En janvier, Yoweri Museveni a ouvertement accusé la Monusco d'entretenir l'instabilité dans l'Est de la RDC, où une attaque attribuée aux rebelles ougandais de l'ADF a coûté la vie à 15 Casques bleus tanzaniens.
 
"Les Nations unies sont responsables de la préservation du terrorisme en République démocratique du Congo", a-t-il tancé dans un communiqué de la présidence.
 
Paul Kagame s'en mêle
 
La crise en République démocratique du Congo née du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila semble interpeller ses voisins. Le Rwandais Paul Kagame s'y est également intéressé, mais avec des propos plus nuancés. Lors de la cérémonie de remise du prix Mo Ibrahim le 28 avril à Kigali, la capitale rwandais, le chef de l'Etat estimait que les voisins de la RDC avaient la "légitimité de faire quelque chose ou d'en dire quelque chose".
 
En visite en Ouganda fin mars, Kagame qui préside l'Union africaine déclarait : "Nous devons travailler avec les Nations unies qui sont déjà présentes pour nous dire ce qu'elles font déjà et ce qu'elles font depuis tant d'années. Cela n'a pas donné de bons résultats, que comptent-ils faire d'autre ou que pouvons-nous faire ensemble pour stabiliser la situation en (RD) Congo".
 
Née du maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà de son terme constitutionnel, la crise en RDC peine à s'estomper. Si le gouvernement congolais a annoncé des élections pour décembre 2013, ses opposants lui accordent toutefois peu de crédit.
 
Carole KOUASSI
 

: Afrique Monde