Nombre total de visites : 3659474
Aujourd'hui : 186
En ligne actuellement : 2

Madagascar: les manifestants réclament la démission du président

2018-04-25 23:17:20 - La manifestation emmenée par les députés de l’opposition a pris une toute autre tournure depuis hier. Après le départ des corps des défunts sur le parvis de l’Hôtel de Ville, les députés du changement comme ils se font appeler, composés de 73 parlementaires, ont annoncé que la grève devrait être généralisée dans le pays pour réclamer la démission du président de la République.

Pour ce jour, selon le député élu à Soanierana Ivongo, Arnaud Tody, les 73 députés se rueront en premier lieu au tribunal d’Anosy, afin d’y déposer les plaintes par rapport aux décédés et aux blessés lors de la manifestation du 21 avril. Ces députés déposeront ensuite une lettre de demande de démission du président de la République, auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), avant de rejoindre l’Hôtel de ville à Analakely pour continuer la manifestation. Ces députés se déplaceront ensuite à Antsirabe demain et dans les autres régions les jours prochains afin d’appeler la population à la grève.
 
Le compte-rendu des travaux à l’Assemblée Nationale sur les lois électorales, qui était le motif initial de cette descente à Analakely, se fera ultérieurement, sans plus de précision selon les députés de l’opposition. Selon la député Hanitra Razafimanantsoa du TIM, à part la démission de Hery Rajaonarimampianina, ces derniers réclament également le départ du premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana ainsi que du président de l’Assemblée Nationale, Jean Max Rakotomamonjy. Implicitement donc, les députés de l’opposition veulent que tout le régime tombe. La mise en place d’un directoire militaire en vue de la préparation des élections a été également avancée. Plusieurs juristes ont toutefois avancé que le directoire militaire ne serait pas conforme à la Constitution, étant donné qu’aucune disposition dans ce sens n’a été prévue.
 
La Constitution dispose que « Par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée, la vacance de la Présidence de la République est constatée par la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Dès la constatation de la vacance de la présidence, les fonctions du chef de l’État sont exercées par le Président du Sénat. En cas d’empêchement du Président du Sénat constatée par la Haute Cour constitutionnelle, les fonctions de chef de l’État sont exercées collégialement par le Gouvernement. » Ainsi, le président du Sénat est le seul habilité à succéder au président de la République, non un directoire militaire. D’autre part, la déclaration du ministre de la défense nationale va également dans ce sens, affirmant qu’aucun régime qui ne vient des élections ne sera cautionné par les forces armées.
 
La HCC jouera sans aucun doute un rôle clé dans la suite de cette manifestation, en plus de son verdict sur les lois électorales. L’idée de régler les différends au niveau de l’Assemblée Nationale a également été lancée. Etant donné que celle-ci entrera bientôt en session ordinaire le 2 mai prochain.
 
Ny Aina Rahaga - Madagascar-tribune

: Afrique Monde