Nombre total de visites : 3659474
Aujourd'hui : 186
En ligne actuellement : 2

Le Yémen, les ventes d'armes françaises et Amnesty (JDD)

2018-03-20 05:35:14 - INDISCRET - Les transferts d'armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis sont-ils légaux? Si la réponse est négative, cela pourrait rendre la France "complice des crimes de guerre au Yémen", assure Amnesty International et l'Acat dans un rapport à paraître mardi.

L'association humanitaire Acat (Actions des chrétiens pour l'abolition de la torture) et Amnesty International dévoileront mardi une étude du cabinet d'avocats Ancile selon laquelle il existe "un risque juridiquement élevé que les transferts d'armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis soient illicites au regard des engagements internationaux de la France". Cela pourrait la rendre "complice des crimes de guerre commis au Yémen".
 
L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont entrés en guerre en mars 2015 pour venir en aide au gouvernement légitime réfugié dans le sud du pays face aux rebelles Houthis qui contrôlent la capitale Saana. Le conflit a déjà fait plus de 9.300 morts et plus de 53.000 blessés. 
 
22,2 millions de personnes ont besoin d'aide
 
Mi-mars, le Conseil de sécurité de l'ONU a fait état d'une forte dégradation de la situation humanitaire au Yémen où "22,2 millions de personnes" ont désormais besoin d'aide, soit "3,4 millions de plus que l'an dernier". 
 
La plus haute instance de l'ONU dénonce aussi "le niveau de violences au Yémen, y compris les attaques sans discernement dans des zones habitées denses et l'impact que cela a sur les civils, provoquant de nombreuses victimes civiles et endommageant des sites civils".  "Le Conseil de sécurité appelle toutes les parties à respecter et à protéger les écoles, les établissements médicaux et le personnel", précise la déclaration. Depuis des mois, l'ONU dénonce l'utilisation d'écoles par des combattants, qui s'en servent parfois comme dépôts d'armes.
 
Par JDD
 

: Afrique Monde