Nombre total de visites : 3658066
Aujourd'hui : 348
En ligne actuellement : 5

Immigration au  Koweït – SOS de quatre-vingt domestiques malgaches

2018-03-09 02:25:25 - Du fond de leur refuge dans une ambassade, des travailleuses malgaches appellent à l’aide sur Facebook.Traquées après s’être échappées des foyers de leur patron, quatre-vingt jeunes femmes malgaches se réfugient dans une ambassade. Dépouillées de leur passeport dans l’enfer où elles ont vécu, elles appellent à l’aide.

L’enfer koweitien. Ayant trouvé un refuge de fortune dans  une ambassade  en fuyant les atrocités infligées par leurs employeurs ainsi qu’une chasse aux sorcières lancée en leur encontre,  un peu plus de quatre-vingt Malgaches, venues travailler en cette terre lointaine du Moyen-Orient en tant qu’aides familiales, lancent un ultime message de désespoir. Rassemblées depuis six mois pour certaines, dans deux grandes salles d’une ambassade qui a bien voulu accueillir temporairement des domestiques immigrées, issus des pays d’Afrique, les Malgaches  piégées dans les entrailles de  ce sac de crabes lancent un S.O.S par le truchement de Facebook.

Depuis le 20 février, leur détresse jaillit timidement au milieu de celles de leurs compagnons de fortune africains, dont les États semblent plus diligents et soucieux de leurs ressortissants. Dépouillées de passeports et de documents de voyage, elles se retrouvent abandonnées et livrées à elles-mêmes dans  une posture délicate.

«Nous nous sommes échappées des foyers de nos anciens patrons en raison du calvaire qu’on nous y a fait subir. Mon ancien patron est policier. Chaque jour, on me force à travailler  comme une  bête sans avoir droit à un repas normal.  Je ne mange que lorsqu’il y a des restes à table. Quotidiennement, je devais assurer les tâches ménagères et laver le carrelage et les vitres de toutes les pièces de l’immense maison. Une fois, un affreux abcès dentaire me faisait souffrir le martyr mais pas de répit. Je ne pouvais même pas voir un médecin», confie l’une des domestiques malgaches.

«Pour ces raisons, j’ai fui ce calvaire sans avoir pu récupérer mon passeport.Je n’ai même pas essayé de le trouver pour qu’on ne m’accuse ensuite de vol. J’ai alors trouvé un autre travail , en dehors du contrat signé avec l’agence de placement», poursuit-t-elle.

Ces jeunes femmes malgaches dont la vie est en lambeaux après leur périple koweitien  dénoncent des salaires dérisoires que leur auraient proposé les agences. Elles clament haut et fort  qu’elles ne se seraient jamais livrées à la prostitution comme le véhiculent leurs détracteurs, même si elles concèdent avoir fait des gagne-pains peu prestigieux, comme le nettoyage de lieux publics ou encore le travail dans des restaurants. Parmi elles, certaines affirment avoir été violentées sous le joug de leurs patrons. D’autres s’insurgent en revanche contre des salaires impayés allant jusqu’à deux ans.

Dans le désespoir  

En racontant ce qu’elles vivent dans le centre, ces Mal­gaches indiquent qu’elles mangent tant bien que mal trois fois par jour, et dorment sur des matelas. Ne pouvant pas y rester de façon indéterminée, elles quémandent dans le désespoir le droit de revenir au pays. Parmi ces victi­mes, quelques-unes dénoncent des abus sexuels de la part de certains employés des agences de placement koweitiennes avec lesquels elles ont signé.

«En fuyant les maisons des patrons, certaines parmi nous sont retournées auprès des agences, mais les hommes censés les prendre en charge n’ont rien fait pour les renvoyer dans la Grande île ou encore leur trouver un autre travail. Au contraire, ils  n’ont fait que profiter de leurs corps du fait qu’elles sont vulnérables», déplore l’une d’elle.

Cette détresse des travailleuses du Koweït met à nu des actes de corruption ainsi qu’une traite continue d’êtres humains vers l’esclavage moderne. En effet, l’interdiction de l’envoi de mains d’œuvre ouvrières vers la Chine ainsi que d’autres pays à risque du Moyen-Orient à l’instar du Liban, de l’Arabie Saoudite et du Koweït, a été décidée par le gouvernement depuis 2011, soit sept ans maintenant. Curieusement, la plupart de ces domestiques anéanties après leur séjour au Koweit y sont depuis entre cinq à un an. Une immigration illégale, clouant au pilori les agences de placement malgaches, la police de l’air et des frontières, mais qui a tourné en toute impunité au nez et à la barbe du ministère de la Fonction publique et des Lois sociales.

Avec plus de trente trois mille vues, près de sept cent cinquante partages et un peu moins d’un millier de commentaires en deux semaines,  le SOS lancé par ces quatre-vingt malgaches a fait mouche. Un calvaire qui n’a pas, pour autant, ébranlé l’irréactivité et le laissez- aller des autorités malgaches, obligataires de droits, censées les délivrer de cette prison koweitienne.

Seth Andriamarohasina 

: Afrique Monde