Nombre total de visites : 3724134
Aujourd'hui : 407
En ligne actuellement : 3

France : Ministres français accusés d'agression sexuelle. Macron craint une République du soupçon

2018-02-14 21:12:13 - Le président français Emmanuel Macron a mis en garde mardi contre une "forme de République du soupçon" à propos des accusations d'agression sexuelle contre deux ministres, Nicolas Hulot (Transition écologique) et Gérald Darmanin (Comptes publics).

Si des plaintes classées sans suite peuvent "conduire à écarter ou faire sortir du gouvernement" un ministre ou à l'empêcher d'exercer, "cela devient une forme de République du soupçon où tout se vaut", a dit le chef de l'Etat, lors d'une rencontre avec l'Association de la presse présidentielle.

Pascale Mitterrand, petite-fille de l'ancien président François Mitterrand, a confirmé la semaine dernière qu'elle avait été l'auteure d'une plainte pour viol contre M. Hulot en 2008, classée sans suite et que l'intéressé, un des membres les plus populaires du gouvernement français, conteste.

M. Macron a expliqué mardi n'avoir pas eu connaissance de l'existence de la plainte déposée contre M. Hulot lorsqu'il l'avait fait entrer au gouvernement. "Bien évidemment non car ce n'est pas une question que j'ai posée. Après, j'ai été informé par Nicolas Hulot", a-t-il détaillé.

"Mais ce n'est pas inscrit au casier judiciaire". Demander "+est-ce que quelqu'un a déjà porté plainte contre vous ?+, cela n'existe dans aucune démocratie au monde", a-t-il lancé. "Il faut collectivement qu'on se méfie".

"J'ai appliqué des règles de bon sens quand j'ai nommé des ministres. Je me suis assuré qu'ils étaient en règle avec l'administration fiscale et qu'il n'y avait pas d'éléments de vulnérabilité au regard des règles de droit. Je ne souhaite pas que cela aille plus loin. On rentrerait dans une drôle de société" si les responsables politiques pouvaient être constamment mis en cause "pour des choses jugées".

Il a souligné qu'à ses yeux, le but des contre-pouvoirs comme la presse ne devait pas être de "détruire ceux qui exercent le pouvoir".

L'autre ministre français mis en cause, Gérald Darmanin, en charge de l'Action et des Comptes publics, est visé par une plainte pour viol. Le parquet de Paris a rouvert le 22 janvier une enquête préliminaire visant M. Darmanin pour des faits présumés datant de 2009, que l'intéressé conteste catégoriquement.

lorientlejour.com

 

: Afrique Monde