Nombre total de visites : 3702486
Aujourd'hui : 572
En ligne actuellement : 3

RNDC : farouche opposant au régime Kabila, il est nommé par le Vatican à la tête de l’Église catholique

2018-02-08 22:59:21 - Mgr Fridolin Ambongo Besungu, un opposant au président Kabila, succédera à terme au cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Le pape François a nommé Mgr Fridolin Ambongo  coadjuteur à Kinshasa. Mgr Fridolin Ambongo, actuel vice-président de la Cenco, la conférence épiscopale congolaise est connu pour son opposition au président Joseph Kabila.
 
Connu pour son franc-parler, il a joué un rôle clé dans les négociations qui ont abouti à l’accord de la Saint-Sylvestre le 31 décembre 2016.
 
Un an plus tôt, il avait demandé aux autorités françaises de faire pression sur l’entourage de Joseph Kabila pour empêcher le président de modifier la Constitution et briguer un nouveau mandat. Très critique envers le pouvoir, Mgr Ambongo est aussi celui qui a porté le message de la Cenco au mois de juin dernier intitulé : « le pays va très mal, debout Congolais ! »
 
A plusieurs reprises ces derniers mois, le prélat a invité le peuple congolais à « se prendre en charge », un message repris à son compte aujourd’hui par le Comité laïc de coordination.
 
Le journal La Croix à Rome précise que Fridolin Ambongo succédera donc automatiquement au cardinal Monsengwo à la tête de l’Eglise Catholique en RDC.
 
À 78 ans, Laurent Monsengwo a dépassé l’âge de départ en retraite pour les cardinaux, fixé à 75 ans conformément aux décisions entérinées par le code de droit canonique de 1983. Seuls les cardinaux ayant au maximum 75 ans peuvent voter le pape ou se retrouver à ses côtés pour l’assister.
 
Le Cardinal Laurent Monsengwo Pansinya pour l’heure fait partie du C9, le Conseil des 9 cardinaux nommés par le pape François pour l’aider dans ses tâches administratives de l’Eglise. Cependant aucune date n’est annoncée pour l’intervention d’une cérémonie de remise et reprise.
 
Par Vincent DEGUENON

 
 
 

: Afrique Monde