Nombre total de visites : 3674833
Aujourd'hui : 531
En ligne actuellement : 1

RNDC : République Non Démocratique du Congo. messe à la mémoire des victimes des marches pacifiques réprimées par le régime Kabila

2018-02-07 02:28:13 - Une messe sera célébrée vendredi 09 à Kinshasa « à la mémoire des victimes de la marche pacifique du 21 janvier », a annoncé lundi le comité à l’origine des marches contre le maintien au pouvoir du président congolais Joseph Kabila.

« Soyons nombreux pour honorer nos martyrs. Soyons ensemble pour dire non à la persécution des chrétiens qui se déroule dans notre propre pays », indique un communiqué du comité laïc de coordination (CLC), selon AFP.
 
Le CLC invite « la communauté nationale et internationale » pour cette messe en la cathédrale Notre-Dame du Congo à Kinshasa.
 
Une quinzaine de personnes sont mortes en RDC dans la répression de marches interdites les 31 décembre et 21 janvier demandant entre autres au président de déclarer publiquement qu’il ne briguera pas de troisième mandat. Soutenu par l’opposition politique et l’influent épiscopat, le comité laïc de coordination demande au président Kabila de dire publiquement qu’il ne briguera pas un troisième mandat comme le prévoit la Constitution.
 
Le deuxième et dernier mandat de M. Kabila s’est achevé le 20 décembre 2016 mais la Constitution l’autorise à rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur. Le scrutin pour l’élection de ce dernier est prévue le 23 décembre 2018.
 
La répression de ces marches, interdites par les autorités, avaient suscité la réprobation des partenaires occidentaux de la RDC. La tension demeure très vive entre les autorités de la République démocratique du Congo et les catholiques du pays.
 
Mais, les catholiques n’en démordent pas. « oin de nous intimider, le pouvoir a renforcé notre détermination et notre volonté de jouir de notre droit constitutionnel de manifester publiquement »,  « nous irons jusqu’au bout ».
 
Le 12 janvier, une messe, à la mémoire des victimes d’une précédente marche le 31 décembre, avait pris des allures de réunion politique de l’opposition, en présence des ambassadeurs ou représentants de plusieurs pays (Union européenne, Belgique, France, États-Unis…). « Que les médiocres dégagent », avait lancé quelques jours auparavant l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo.
 
Par Vincent DEGUENON
 

: Afrique Monde