Nombre total de visites : 3574814
Aujourd'hui : 15
En ligne actuellement : 7

RNDC: Filouterie en République Non Démocratique du Congo.Le petit dictateur Joseph Kabila prêt à céder le pouvoir et à nommer un successeur (c'est son départ suivi d'élections qui intéressent les Congolais)

2018-02-07 01:06:41 - Joseph Kabila aurait maintenant décidé de se retirer du pouvoir. Le ministre Congolais de la communication, Lambert Mende a laissé entendre que le président de la République démocratique du Congo serait prêt à lâcher le pouvoir et à nommer un successeur, rapporte Voice Of America.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC a expliqué à Voice Of America que le président Joseph Kabila ne sera pas candidat à la présidentielle de décembre 2018, comme l’indique la constitution. Le ministre de la communication congolais a par ailleurs précisé que le chef de l’État nommera d’ici à juillet, un successeur.
 
« En aucun cas, le président ne va violer la constitution. Nous ne sommes dans aucune procédure de modification de la Constitution qui passe par un référendum. Nous sommes dans les préparatifs des élections. La constitution ne prévoit pas que le président puisse se représenter une troisième fois consécutive », a affirmé Lambert Mende.
 
Le deuxième et dernier mandat de M. Kabila s’est achevé le 20 décembre 2016 mais la Constitution l’autorise à rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur.
 
Kabila, au pouvoir depuis 2001, dit qu’il restera au pouvoir jusqu’au vote de décembre 2018 pour expliquer les retards dans l’inscription des électeurs. La Constitution interdit à Joseph Kabila de se représenter, mais l’autorise à rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur. Pour tenter de régler la crise, l’accord de la Saint-Sylvestre – signé le 31 décembre 2016 – entre le pouvoir et l’opposition, sous l’égide de l’Église catholique, prévoyait que l’élection présidentielle ait lieu en cette fin d’année 2017.
 
Cet accord enjoignait Kabila de se retirer après ses deux mandats. Mais toujours selon l’opposition, Kabila semble avoir oublié l’accord.
 
Après plusieurs manifestations de l’opposition qui ont peu de succès, l’Eglise catholique a pris le devant des choses ces dernières semaines. Violemment réprimées par les forces de sécurité, ces marches ont fait plusieurs morts ainsi que des dizaines d’arrestations et de blessés.
 
Les 19 et 20 septembre 2016, une répression des manifestations contre le maintien du président Kabila au pouvoir avait fait au moins 50 morts dans le pays.
 
La tension demeure très vive entre les autorités de la République démocratique du Congo et les catholiques du pays. Mais, les catholiques n’en démordent pas. « Loin de nous intimider, le pouvoir a renforcé notre détermination et notre volonté de jouir de notre droit constitutionnel de manifester publiquement »,  « nous irons jusqu’au bout ».
 
Par Vincent DEGUENON-Titre:AM
 

: Afrique Monde