::Afrique-Monde::
Nombre total de visites : 3635239
Aujourd'hui : 658
En ligne actuellement : 2

USA : Trumpisme, « tempête » tromperies De la Maison – qui a toujours été – Blanche

2018-01-21 22:31:21 - Que dire en plus après le torrent de réactions réprobatrices suscitées par les propos du président des États-Unis qualifiant certains pays de « shithole countries » c’est-à-dire de « pays de merde » ? La santé mentale du président étant même remise en cause à coups de douteux chiffres et tests (171 points avec le PPI-R. 2 points de plus que Hitler. Devancé par Henry VIII avec ses 178 points et Saddam Hussein avec ses 189 points.)

Mais pourquoi sa santé mentale n’est pas remise en cause quand il traite le Vénézuela de pays terroriste et Maduro de « dictateur » « illégitime » ?
 
L’injure de Donald Trump est du pain béni pour les différentes tendances impérialistes états-uniennes démocrates mais aussi républicaines. Ce Caligula ou Néron yankee permet de cacher le vrai débat aux masses opprimées états-uniennes. Ce n’est pas le système qui est en cause mais le fou à la tête du pays.
 
Et elles pourront avoir pour slogan Make America great again. Anticipant sur la communication des prochains candidats états-uniens, déjà certains parmi les insultés disent « Quelle tragédie qu’un si grand peuple, qu’un si grand pays, phare de la liberté, de la démocratie, du savoir et des idées, soit dirigé par quelqu’un d’aussi « mal juqué » ! ».
 
Donald Trump est aussi du pain béni pour les américanophiles. Oui, eux aussi comme ceux qu’ils aiment prennent la partie pour le tout. Ils en profitent pour réaffirmer leur allégeance au système, en le vantant mais en critiquant ce qui ne serait qu’un accident de l’histoire : Donald Trump.
 
Et on a envie de leur demander When was America ever great ?
 
Lors de la création des États-Unis avec le sang dégoulinant du génocide indien ?
 
Lors des assassinats de Martin Luther King et de Malcolm X qui rappelle la période, en Afrique, des assassinats de Lumumba, Cabral, Moumié, Sankara… ?
 
Dans l’oppression des minorités nationales noires, chicanos ?
 
Lors du soutien de Mobutu, du régime de l’Apartheid en Afrique du Sud et en Rhodésie ?
 
Lors de la mise en œuvre de la stratégie du chaos en Irak, en Libye ou en Syrie ?
 
Lors de la Guerre de Corée ? Justement parlons-en !
 
Robert Charvin nous apprend que ce fut une « une guerre dévastatrice avec les Américains en 1950-1953 : un seul édifice debout dans la capitale, Pyongyang, en 1953 ! »
 
Le général étasunien Curtis Lemay d’ajouter : « Après avoir détruit 78 villes de la Corée du Nord et des milliers de villages, et tué un nombre incalculable de civils (…) Sur une période d’environ trois ans, nous avons tué, je dirais, 20 % de la population. »
 
Robert M. Neer écrivit dans « Napalm, an American Biography »:
 
En janvier 1951, l’officier Townsend, qui était chargé des produits chimiques, a écrit que « pratiquement chaque avion de combat US survolant la Corée transportait au moins deux bombes au napalm ». Environ 21 000 gallons de napalm étaient déversés chaque jour sur la Corée en 1950. Quand les combats se sont intensifiés après l’intervention chinoise, cette quantité a plus que triplé (…), en tout, 32 357 tonnes de napalm sont tombées sur la Corée, soit environ le double de ce que le Japon a subi en 1945. Les alliés ont non seulement largué plus de bombes en Corée que dans le Pacifique pendant la Deuxième Guerre mondiale (635 000 tonnes contre 503 000 tonnes), mais la majorité d’entre elles contenait du napalm (…). »
 
La vérité est que la Maison a toujours été Blanche même avant Trump. C’est-à-dire raciste. Elle a juste connu un tour de vis plus suprémaciste blanc avec Trump. C’est ce que traduit Bruno Guigue quand il dit : « D’Harry Truman à Donald Trump en passant par Barack Obama, de la Corée à la Syrie en passant par le Vietnam, l’Indonésie, l’Angola, le Mozambique, le Salvador, le Nicaragua, le Chili, l’Afrique du Sud, la Serbie, l’Afghanistan, le Soudan, la Somalie, l’Irak et la Libye, on administre la mort, directement ou par “proxies”, à tous ceux qui s’opposent au règne salvateur de la justice universelle. ». De la même manière qu’avec Domitien, Commode ou César, Rome reste impérialiste et raciste et parlera des « barbares » pour désigner les autres peuples.
 
Renforcer, pour transformer la réalité dramatique, la conscience que c’est cela l’impérialisme, qu’il soit voilé ou cru, il est nécessairement raciste : voilà le travail des révolutionnaires. Et non des pleurnicheries, des bravades les unes plus risibles que les autres.
 
Donald Trump la bave à la bouche est aussi du pain béni pour les dirigeants croupions collabos des « pays de merde ». Ceux là-mêmes qui sont incapables de réagir avec un Sarkozy ou un Macron comme ils ont réagi avec Donald Trump. Ceux-là même qui sont incapables de montrer un soupçon de dignité sur la question des APE, du franc CFA, des bases militaires étrangères, du bombardement de la Libye et de l’assassinat de Kadhafi…Trump leur offre à moindre frais une occasion de tromper leur peuple en paradant avec une pseudo dignité. Si  Trump n’existait pas, ils l’auraient créé. Aucun mot sur le sort des 50.000 Haïtiens, 5.300 Nicaraguayens, 200.000 Salvadoriens et près de 2.000 Soudanais menacés par Trump. Aucun mot pour le sort des noirs états-uniens assassinés par la police aussi blanche que l’est la Maison.
 
Quand au moins 16 sénégalais par jour tentent de traverser la Mer Méditerranée pour entrer irrégulièrement en Italie, ils fuient en effet la « merde». La « merde », c’est quand vous avez un déficit de 10.996 professeurs dans votre enseignement supérieur. C’est quand 30% des populations du Sénégal  ne sont pas inscrites sur les registres de l’état civil. Comment ne pas penser à « pays de merde » quand vous lisez ce qui suit pour le Sénégal ?
 
Taux de pré-scolarisation national de 16,8% avec un objectif de 50% à l’horizon 2035. 10% à Kolda. 1.500.000 enfants exclus du système éducatif. 54% de taux d’analphabétisme dont 62% de femmes.
 
Au 6 janvier 2018, il n’y avait ni chirurgien, ni pédiatre encore moins d’anesthésiste et de gynécologue dans toute la région de Tambacounda.
 
Ils sont 269.000 jeunes sur le marché de l’emploi chaque année pour une offre qui ne dépasse pas 30.000 emplois.
 
Il y a un déficit de près de 600 magistrats.
 
Comment ne pas penser continent de « merde » quand l’étude du « The Lancet » nous dit que seulement 212 opérations sont pratiquées, en Afrique, pour 100.000 mille habitants par an, soit « 20 fois moins » que ce qui serait nécessaire pour couvrir les besoins vitaux de la population ? Qu’il n’y a qu’un chirurgien, qu’un obstétricien ou qu’un anesthésiste pour 100.000 habitants alors qu’il en faudrait entre 20 et 40. Le plus dramatique c’est qu’avec les dirigeants actuels de ces « pays de merde », on n’aperçoit pas le bout de la chaise anglaise.
 
L’incurie de Trump qui le dispute à son hypocrisie a soigneusement évité de parler de politiques et de dirigeants collabos de « merde». Car en réalité ce qui fait que  Haïtiens, Nicaraguayens, Salvadoriens…fuient leur pays c’est que les États-Unis sont à ces contrées ce que la France sont au Mali, au Niger, à la Centrafrique, au Sénégal…un parasite qui laisse exsangue sa victime. Qui transforme, avec la collaboration des Macky Sall, Bongo, Eyadema, Compaoré, Ouattara, les diktats du Fmi et de la Banque Mondiale ces pays riches en or, en pétrole, en diamants, bauxite…en « shithole countries ».
 
« Pays de merde » est l’équivalent de pays à développer, à civiliser, à démocratiser pour en enlever la « merde» politique, économique, sociale. Autrement dit, il justifie pour les théoriciens d’hier et d’aujourd’hui l’interventionnisme impérialiste pour mieux faire main basse sur les richesses des pays et peuples dominés, exploités, spoliés et qui par cette alchimie impérialiste deviennent des « pays de merde ».
 
L’essentiel est ailleurs : la stratégie économique des Etats-Unis sous Trump pendant que les uns et les autres rongent constamment les os que ce  président leur lance.
 
L’essentiel est ailleurs : la politique américaine des Etats-Unis sous Trump. Et c’est là où on se rend compte qu’il n’est pas si fou Trump au service des multinationales états-uniennes:
 
« En 2010, la part des USA dans le PIB mondial était de 25%. Elle sera de 16% en 2025. En 2050, elle sera de 9% contre 33% pour la Chine et 8% pour l’Inde. Pour le nouveau président, le véritable défi sera de freiner, dans une tentative désespérée, le déclin annoncé de l’Empire américain. Et il sait bien que couvrir les océans de porte-avions déployant fièrement la bannière étoilée n’y changera rien. ».
 
Ajoutons à ce rappel de Bruno Guigue que couvrir la toile de tweets n’y changera aussi rien. Ô rage Ô désespoir !
 
Mais laissons les yankees états-uniens avec leur désespoir et leurs problèmes.
 
La seule réponse pour l’Afrique digne est d’exiger « Africom, Go Home ! », « GI’s, Go Home ! », « France, Go Home » sur le plan monétaire, militaire (bases militaires), « EU, Go Home » sur les APE et autres accords néocoloniaux…Tout autre attitude contre le racisme de Trump n’est que pure comédie et tromperie.
 
Pour terminer et non conclure, donnons la parole à Odile Biyidi :
 
« La réaction offusquée bien pensante est, à mon avis, à côté de la plaque. Le Cameroun, Haïti sont objectivement des pays de merde, dans lesquels personne n’a envie de vivre, sauf les 2 % de prédateurs qui s’y engraissent. Voir Biya, offensé, se plaindre de cette appellation me semble une escroquerie. Il est la dame pipi pour que son pays reçoive la merde de Trump.  Ce qu’il faut dire à Trump à propos de Haïti, c’est que c’est les USA, la France, qui ont fabriqué ce pays de merde par leur domination et leur racket.
 
Il faudrait que ce soit plus clair dans les réactions et les dessins.
 
Haïti est le merdier des USA, donc de Trump. La Libye est le merdier de Sarkozy et Cameron, etc. Il faut que Trump cesse d’aller mettre sa merde dans les pays qu’il appelle, à juste titre, pays de merde, c’est-à-dire là où les puissants vont chier, pour ne pas avoir à nettoyer chez eux. Il faudrait donc des dessins montrant Trump faisant caca dans un WC nommé Haïti, et non seulement s’essuyant avec du papier nommé Haïti, c’est-à-dire montrer la réalité et pas seulement s’offusquer de l’insulte. »
 
Source : Investig’Action

: Afrique Monde