Nombre total de visites : 3556526
Aujourd'hui : 385
En ligne actuellement : 4

Reconnaissance de Jérusalem : Trump menace les pays qui voteront à l'Onu contre les Etats-Unis

2017-12-21 05:01:57 - Plus   porté que jamais à dicter ses lubies au reste du monde, le président des Etats-Unis, Donald Trump  a menacé mercredi de couper les fonds aux pays qui voteront ce jeudi  à l'ONU une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

«Nous prenons note de ces votes», a-t-il lancé depuis la Maison Blanche, dénonçant "tous ces pays qui prennent notre argent et ensuite votent contre nous au Conseil de sécurité voire à l'assemblée générale". "Ils prennent des centaines de millions de dollars et même des milliards de dollars et, ensuite, ils votent contre nous", a petitement affirmé le locataire de la Maison Blanche qui abhorre les sons de cloche contraires et tient à le faire savoir.
 
« Laissez-les voter contre nous, nous économiserons beaucoup, cela nous est égal », a  ajouté Donald Trump, lors d'une réunion avec les membres  de son cabinet. 
 
Il a par la même occasion félicité l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, qui, quelques temps auparavant, avait adressée aux ambassadeurs des pays membres de l'ONU, une lettre pour les informer  que le président lui avait demandé d'«observer attentivement» ce vote, et qu'il  « prendrait des notes ». 
 
En réaction à cette sortie de brute qu'affectionne le président américain, Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a accusé Washington d'utiliser « menaces » et « intimidations » pour dissuader les membres de l'Assemblée générale de l'ONU de condamner sa politique.
 
Du coup, alors que 14 des 15 pays membres du Conseil de sécurité ont voté lundi contre la reconnaissance de Jérusalem par Washington, avant de subir le couperet du droit de veto américain, et la protestation de l'Ambassadrice Nikki Haley qui avait affirmé que ce vote représentait une «insulte et un camouflet que nous n'oublierons pas», l'incertitude plane sur l'issue du vote de jeudi à l'Onu.
 
Natondi K.
 

: Afrique Monde