Nombre total de visites : 3467441
Aujourd'hui : 410
En ligne actuellement : 1

Israël: Israël donne aux migrants africains le choix accepter la déportation ou l'emprisonnement sans fin

2017-11-30 21:25:20 - "Israël versera au Rwanda 5.000 dollars pour chaque migrant africain qu'il accepte et 3.500 dollars à chaque migrant africain qui quitte le pays. Le gouvernement israélien paiera même le billet d'avion."

Alors que le président Trump prévoit d'expulser jusqu' à 55 000 immigrants haïtiens des États-Unis, son allié de droite en Israël a des plans similaires pour résoudre son propre problème de réfugiés. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prévoit d'expulser ou d'emprisonner 40 000 demandeurs d'asile africains contre leur gré, dans un geste qui a suscité les critiques des Nations Unies, des groupes de défense des droits de l'homme et de la communauté des réfugiés en Israël.
 
Le cabinet israélien expulsera 40 000 demandeurs d'asile africains - dont 27 500 du Soudan et 7 800 de l'Érythrée contre leur gré. Le gouvernement a également approuvé une mesure visant à fermer d'ici 2018 le centre de détention de Holot, un établissement situé dans le sud du désert du Néguev, qui accueille actuellement plus de 1 000 demandeurs d'asile.
 
Les Africains, qui ont fui leur pays d'origine pour échapper aux difficultés économiques et à la répression politique, auront le choix : quitter Israël pour un pays tiers, probablement le Rwanda ou l'Ouganda dans les trois mois, ou subir une détention indéfinie en Israël. Israël versera au Rwanda 5 000 dollars pour chaque migrant africain qu'il accepte et 3 500 dollars à chaque migrant africain qui quitte le pays. Le gouvernement israélien prendra même en charge le transport aérien.
 
"Le ministre de la Culture, Miri Regev, a qualifié les réfugiés africains de cancer dans notre corps."
 
Netanyahu a qualifié la politique "de transfert accru" des "infiltrés", terme péjoratif utilisé pour désigner ces Africains. "Ce transfert est rendue possible grâce à un accord international que j'ai obtenu, qui nous permet de retirer les 40 000 "infiltrés" restants sans leur consentement. C'est très important", a-t-il déclaré.
 
Les responsables affirment qu'Israël a un devoir national "de protéger le caractère juif et démocratique" de l'Etat, avec le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, qui a présenté la proposition de déportation, en soutenant que les mesures étaient nécessaires pour "ramener la paix et le calme" dans le pays, et "la bonne politique pour alléger les souffrances des habitants du sud de Tel-Aviv et d'autres quartiers où résident les infiltrés". Le ministre de la Culture Miri Regev a qualifié les réfugiés africains de "cancer dans notre corps".
 
La Haute Cour de justice israélienne a approuvé cette politique en août, mais a décidé que les autorités devaient veiller à ce que les pays accueillant les migrants soient en sécurité.
 
Dans une déclaration, le HCR, l'Office des Nations Unies pour les réfugiés, a exprimé de sérieuses préoccupations au sujet du plan d'expulsion. "Les Erythréens et les Soudanais demandeurs d'asile et réfugiés seraient contraints d'accepter de se réinstaller dans des pays d'Afrique ou risqueraient l'emprisonnement en Israël", a déclaré l'agence des Nations Unies, ajoutant que ces personnes n'ont pas trouvé de solution durable à leur situation critique ni de sécurité adéquate, car "beaucoup ont par la suite tenté d'avancer de manière dangereuse" à l'intérieur du continent africain ou en Europe.
 
En raison du secret qui entoure cette politique et du manque de transparence concernant sa mise en œuvre, il a été très difficile pour le HCR de suivre et de surveiller systématiquement la situation des personnes réinstallées dans ces pays africains", a indiqué le communiqué.
 
"Israël n'a reconnu comme réfugiés que huit Erythréens et deux Soudanais demandeurs d'asile depuis 2009."
L'organisme des Nations Unies a également noté que, bien qu'Israël ait l'obligation, en tant que signataire de la Convention de 1951 sur les réfugiés, d'accueillir les réfugiés et les autres personnes ayant besoin d'une protection internationale, la nation n'a reconnu que huit Erythréens et deux demandeurs d'asile soudanais comme réfugiés depuis 2009, et a accordé le statut humanitaire à 200 réfugiés soudanais du Darfour.
 
La Convention relative au statut des réfugiés est fondée sur l'article 14 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, qui reconnaît le droit des personnes de chercher refuge contre la persécution dans d'autres pays. Le principe fondamental de la convention est le non-refoulement, une règle de droit international coutumier qui stipule que le statut de réfugié ne devrait pas amené à un renvoi dans un pays où elle met gravement en danger la vie ou la liberté.
 
Dans The Forward, Russel Neiss, dont la grand-mère juive a fui les nazis en 1939 et s'est réfugiée à Shanghai, a écrit que non seulement Israël était la première nation à signer la Convention sur les réfugiés, mais qu'il avait rédigé de grandes parties du document, affirmant qu'il s'agissait là d'une des premières victoires diplomatiques internationales du pays. Notant qu'Israël a été fondé par des réfugiés qui savaient que l'expression "plus jamais ça" n'était qu'un vœu pieux, il déplore que le gouvernement israélien actuel et le plus grand parti d'opposition aient agi en violation de l'esprit de la Convention, voire de leurs responsabilités juridiques.
 
L'occupation des Palestiniens et la colonisation juive illégale de leurs terres par les Israéliens depuis cinquante ans constituent une toile de fond aux problèmes raciaux en Israël, avec une discrimination systémique à l'encontre des Arabes israéliens, mais aussi des Juifs israéliens d'origine éthiopienne, qui sont confrontés au racisme institutionnel et à la brutalité policière.
 
Les Érythréens et les Soudanais en Israël, qui ont eux-mêmes survécu à la torture, ont dû faire face à la contrainte de quitter le pays et à la ségrégation forcée de leurs enfants dans des écoles maternelles séparées. Aujourd'hui, ils réagissent avec peur et terreur aux perspectives d'expulsion et se sentent criminalisés.
 
"Les Juifs israéliens d'origine éthiopienne, victimes du racisme institutionnel et de la brutalité policière."
De plus, comme Haaretz l'a soutenu, avec un prix de 400 millions de dollars ou 1,4 milliard de shekels, la politique d'expulsion n'est pas rentable. C'est plutôt le prix qu'Israël est prêt à payer pour éviter de changer sa seule politique d'immigration, qui est connue sous le nom de loi du retour - le droit de tous les Juifs de venir en Israël et d'acquérir la citoyenneté.
 
La loi est venue après le génocide des Juifs durant l'Holocauste et la libération des camps de la mort nazis, dont les libérateurs étaient des soldats noirs. Cette loi a également privé les réfugiés palestiniens de leur droit au retour et de leur citoyenneté et les a soumis à la discrimination, à la ségrégation, à la brutalité et à la répression de l'État.
 
Dror Sadot, porte-parole de la Hotline for Migrants and Refugees, a déclaré au Jerusalem Post qu'il était "scandaleux" que le gouvernement israélien ait l'intention de vendre des réfugiés au Rwanda, ajoutant que "l'Etat d'Israël s'est détérioré au plus bas niveau" et que le gouvernement a abdiqué sa responsabilité de maintenir une politique d'asile humaine pour ces survivants du génocide et de la torture.
 
"Je ne suis pas une criminelle - je suis une mère qui essaie de protéger ses enfants et de leur donner une bonne vie", a déclaré au Jerusalem Post Shukriyya, 34 ans, une mère qui a fui le génocide au Soudan il y a cinq ans. On m'a dit qu'Israël était un pays qui avait de l'humanité et acceptait les gens qui sont persécutés. Je ne comprends pas pourquoi nous sommes forcés d'aller vivre à nouveau dans le danger."
 
par Atlanta Black Star 30 Novembre 2017 - Traduction SLT

: Afrique Monde