Nombre total de visites : 3467441
Aujourd'hui : 410
En ligne actuellement : 1

Égypte: Attentat contre une mosquée dans le Sinaï. Au moins 235 morts ( video)

2017-11-24 23:59:47 - Une attaque a eu lieu contre la mosquée de Al-Rawda, située dans le village de Bir el-Abd, dans la péninsule du Sinaï en Égypte, durant la grande prière hebdomadaire. Le dernier bilan communiqué fait état d’au moins 235 morts et 109 blessés. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national. Il s'agit de l'un des attentats les plus meurtriers dans le monde depuis 2001.

Au moins 235 personnes ont été tuées et 109 autres blessées dans un attentat à la bombe perpétré contre une mosquée dans le nord du Sinaï en Égypte ce vendredi, selon un nouveau bilan fourni par la télévision nationale égyptienne.
 
La mosquée encerclée, une bombe à l'intérieur
 
Il s'est produit dans le village de Bir al-Abed, à 40km à l'ouest d'Al-Arich, la capitale de la province du Nord-Sinaï, une région où les forces de sécurité combattent la branche égyptienne du groupe djihadiste Etat islamique (EI). 
 
Depuis 2013 et la destitution par l'armée du président islamiste élu Mohamed Morsi, un groupe djihadiste qui est devenu la branche égyptienne de l'EI attaque régulièrement les forces de sécurité égyptiennes dans le nord du Sinaï.
 
Les djihadistes du Sinaï ont ciblé les forces de sécurité au début de leur insurrection puis les tribus locales qui collaborent avec les forces armées.
 
La mosquée al-Rawda est notamment fréquenté par des adeptes du soufisme, un courant mystique de l'islam que l'EI considère comme hérétique et appelle à combattre. Des conscrits faisaient également partie des fidèles réunis dans la mosquée al-Rawda, selon des sources médicales à Al-Arich.
 
ls tiraient « sur les fidèles » et « les ambulances »
 
Vendredi, des témoins ont déclaré que les assaillants avaient encerclé la mosquée avec des véhicules tout-terrain et qu'ils avaient ensuite posé une bombe à l'extérieur du bâtiment.
 
Après qu'elle ait explosé, les hommes armés ont fauché les fidèles paniqués qui tentaient de fuir et mis le feu aux véhicules de ces derniers afin de bloquer les routes menant à la mosquée. 
 
La télévision publique a montré les images de nombreux corps recouverts de couvertures à l'intérieur du lieu de culte, qui était comble pour le jour des grandes prières du vendredi.
 
« Ils tiraient sur les fidèles fuyant la mosquée. Ils tiraient aussi sur les ambulances », a déclaré un habitant dont plusieurs proches ont été témoins de la fusillade.
 
L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, est la plus sanglante dans la région depuis qu'une insurrection islamiste y a éclaté il y a trois ans. De nombreux policiers et soldats, ainsi que des civils, ont été tués dans ces attaques. 
 
Trois jours de deuil national
 
Le président Abdel Fattah al Sissi a convoqué un conseil ministériel restreint après l'attaque. « Les forces armées et la police vengeront nos martyrs et ramèneront la sécurité et la stabilité avec force très prochainement », a-t-il déclaré dans un discours télévisé. 
 
Trois jours de deuil national ont été décrétés par le gouvernement.
 
Condamnation internationale
 
Dans un communiqué, le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a condamné un « crime horrible qui confirme que la vraie religion de l'islam est innocente par rapport à ceux qui épousent l'idéologie terroriste extrémiste ».
 
Le grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Ahmed el-Tayeb, a condamné dans les « termes les plus fermes l'attaque terroriste barbare », tandis que le pape François s'est dit « profondément attristé par les pertes humaines causées par l'attaque terroriste ». 
 
« Toutes mes condoléances aux victimes du terrible attentat contre la mosquée de Bir El-Abd dans le Sinaï », a réagi le président français Emmanuel Macron sur Twitter.
 
Trois jours de deuil national
 
Le président Abdel Fattah al Sissi a convoqué un conseil ministériel restreint après l'attaque. « Les forces armées et la police vengeront nos martyrs et ramèneront la sécurité et la stabilité avec force très prochainement », a-t-il déclaré dans un discours télévisé. 
 
Trois jours de deuil national ont été décrétés par le gouvernement.
 
Condamnation internationale
 
Dans un communiqué, le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a condamné un « crime horrible qui confirme que la vraie religion de l'islam est innocente par rapport à ceux qui épousent l'idéologie terroriste extrémiste ».
 
Le grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Ahmed el-Tayeb, a condamné dans les « termes les plus fermes l'attaque terroriste barbare », tandis que le pape François s'est dit « profondément attristé par les pertes humaines causées par l'attaque terroriste ». 
 
« Toutes mes condoléances aux victimes du terrible attentat contre la mosquée de Bir El-Abd dans le Sinaï », a réagi le président français Emmanuel Macron sur Twitter.
 
Dans un message envoyé à son homologue égyptien, le président russe Vladimir Poutine a évoqué une attaque frappante « par sa cruauté et son cynisme », selon un communiqué du Kremlin.
 
L'Égypte menacée par des djihadistes proches d'Al-Qaïda
 
Les activistes ont également étendu leur lutte armée en dehors de la péninsule, commettant plusieurs attentats dans la région du Caire ou le sud de l'Égypte. Plus de 100 chrétiens, essentiellement des Coptes, ont été tués depuis un an dans des attentats contre des églises ou des attaques ciblées dans le Sinaï et à travers le pays.
 
En février, les chrétiens d'Al-Arich avaient fui en masse après une série d'attaques violentes visant leur communauté. Les djihadistes ont aussie décapité l'an dernier un chef soufi, l'accusant de pratiquer la magie, et kidnappé plusieurs adeptes du soufisme, libérés après s'être « repentis ».
 
L'Égypte est par ailleurs menacée par des djihadistes proches d'Al-Qaïda qui opèrent à partir de la Libye, à la frontière ouest du pays. Un groupe s'appelant Ansar al-Islam (« Partisans de l'islam » en arabe) a revendiqué une embuscade en octobre dans le désert occidental égyptien qui a tué au moins 16 policiers.
 
L'armée avait ensuite mené des frappes aériennes en représailles, tuant le chef du groupe Emad al-Din Abdel Hamid, ancien officier militaire très recherché après qu'il a rejoint un groupe affilié à Al-Qaïda dans le bastion djihadiste libyen de Derna.
 

: Afrique Monde