Nombre total de visites : 3452665
Aujourd'hui : 284
En ligne actuellement : 2

Madagascar: Confusion totale dans la lutte contre la peste,le nombre de décès dû à la peste s’élève à cent vingt personnes.Une trentaine d’internes serait atteints de la maladie faute de matériels.A quand la demission du Ministre de la Santé

2017-10-24 16:05:36 - Après deux mois du premier cas déclaré, l’épidémie de peste n’est toujours pas maitrisée et la maladie continue de se répandre. Pire, la confusion dans la lutte contre la maladie est incompréhensible.

En effet, mis à part les cas où des personnes suspectées fuient les centres de traitement et les autorités, la lutte contre la peste se heurte à plusieurs autres obstacles. L’un des cas les plus stupéfiants reste le lynchage d’un groupe d’étudiants par des villageois dans la province de Toamasina, ces derniers croyant qu’il s’agissait d’un groupe d’intervention censé opérer des vaccinations contre la peste.
 
La psychose s’est en effet emparé de la société et dans les coins reculés, des bruits comme quoi des groupes de personnes inoculent la bactérie de la peste via des piqûres prétendues vaccins. Bon nombre de malgaches dans les campagnes se trouvent désinformés sur la maladie, à se demander qui se charge de l’information de ces derniers et comment on en arrive à ce point.
 
Par rapport à ce cas de lynchage, le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) a déclaré qu’actuellement aucune vaccination n’est pratiquée pour lutter contre la peste.
 
Outre cela, les internes en médecine ont eux aussi entamé une grève au niveau des hôpitaux. Ceux-ci ont depuis hier refusé de faire la garde auprès des personnes atteintes de la peste. La raison en est qu’ils seraient eux-mêmes responsables des équipements obligatoires pour leur protection contre la bactérie. Des équipements qui coûtent trop chers pour des étudiants et qui pourtant sont essentiels pour éviter la transmission de la maladie.
 
Ils demandent ainsi à ce que l’Etat délivre ces équipements de protection au moins 48 heures avant leur tour de garde, à défaut ils suspendront leurs activités. La question qui se pose est de savoir pourquoi ces internes doivent-ils eux-mêmes débourser de l’argent pour leurs équipements ? L’Etat ayant reçu non seulement des dons en matériels médicaux et en médicaments mais continuant également à recevoir les aides des organismes internationaux dans cette lutte.
 
Actuellement, une trentaine d’internes serait déjà atteints de la maladie faute de matériels. Selon les derniers chiffres de la BNGRC, le nombre de décès dû à la peste depuis le début de l’épidémie s’élève à cent vingt personnes.
 
 
Le  Ministre de la Santé et son epouse en litige sur un bâtiment de 540.000.000
 
Ny Aina Rahaga - Titre : AM

: Afrique Monde