Nombre total de visites : 3452664
Aujourd'hui : 283
En ligne actuellement : 3

Audrey Azoulay : une amie d’Israël à la tête de l’UNESCO

2017-10-14 03:15:31 - Partie perdante,elle remporte la partie.

Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture, a été élue ce vendredi soir, par 30 voix contre 28 pour son adversaire, le Qatari Hamad Al-Kawari.
 
La concomittance est savoureuse : l’élection inattendue de cette sioniste discrète (à l’image de son père André Azoulay) survient au lendemain du départ fracassant (et tactique ?) du tandem USA/Israël de l’UNESCO.
 
De 2014 à 2017, Panamza lui avait consacré plusieurs billets. Flashback :
 
LA NOUVELLE MINISTRE DE LA CULTURE AVAIT CONTRAINT FRANCE TÉLÉVISIONS À ACHETER UN FILM RÉCOMPENSÉ PAR LE CRIF.
 
Le 11 février 2016, Audrey Azoulay a remplacé Fleur Pellerin à la tête du ministère de la Culture et de la Communication http://panamza.com/bfr.
 
Le 4 mars 2015, Panamza révélait que l’Élysée avait fait pression sur le groupe France Télévisions pour acheter et diffuser 24 jours, film réalisé par l’ultra-sioniste Alexandre Arcady et récompensé par le Conseil représentatif des institutions juives de France. À la manoeuvre : Audrey Azoulay, alors« conseillère culture et communication » de François Hollande http://panamza.com/10671.
 
Le 16 juin 2014, Panamza avait exposé la généalogie singulière d’Audrey Azoulay. _ Extraits :
 
Nommée "conseillère culture & communication" à l’Élysée
 
Audrey Azoulay est la fille d’André Azoulay, conseiller du roi du Maroc depuis 1991.
 
Ex-journaliste économique et ancien cadre dirigeant de la banque BNP Paribas, ce Franco-Marocain est un fervent monarchiste qui avait demandé – fin 1999 – au journaliste Aboubakr Jamaï d’utiliser systématiquement les termes « Sa Majesté » quand il serait fait mention du roi dans son journal.
 
Également proche de la classe politique de Tel Aviv, et notamment du clan de Shimon Peres, André Azoulay avait permis au Maroc de bénéficier des innovations technologiques israéliennes dans le domaine agronomique.
 
Présenté par le dissident marocain Moulay Hicham El Alaoui comme un « courtier des grandes entreprises françaises » ayant converti Hassan II au libéralisme économique, ce promoteur affiché du dialogue judéo-arabe a réfuté, lors d’un entretien promotionnel avec Caroline Fourest, être un « agent du Mossad » ou « de l’OLP ».
 
Détail intéressant : président de la Fondation Anna Lindh, André Azoulay avait invité – en avril 2013 – François Hollande au sein de son organisation.

Rappel : dans le gouvernement actuel, le Premier ministre Manuel Valls et la ministre Najat Vallaud-Belkacem sont réputés particulièrement proches du clan royal marocain.
 
La photographie ci-jointe représente Audrey Azoulay (entourée en rouge) participant (avec François Hollande, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem) au meeting pro-israélien de Benyamin Netanyahou qui fut organisé – le 11 janvier 2015, au soir de la « marche Charlie » – dans la Grande synagogue de Paris, centre de recrutement de l’armée israélienne.
 
UN DOCUMENTAIRE STIGMATISE LES MUSULMANS DE BANLIEUE : UNE SYNAGOGUE DU 16ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LUI REMET UN PRIX EN PRÉSENCE D'AUDREY AZOULAY. 
 
Le 3 juin 2016, la synagogue Copernic, antenne du courant juif "libéral" basée dans un quartier chic parisien, a remis un prix au documentaire "Les Français, c'est les autres" diffusé le 3 février -dans le cadre d'une soirée consacrée aux Français "djihadistes"- sur la chaîne publique France 2 {http://panamza.com/boy; http://panamza.com/bpf}. 
 
Parmi les personnalités présentes à la synagogue et assises au premier rang : Audrey Azoulay, ministre de la Culture, et son père André Azoulay, conseiller spécial du roi du Maroc depuis 1991 {http://panamza.com/boz; http://panamza.com/bpa; http://panamza.com/bpb}. 
 
La ministre -qui avait antérieurement fait pression sur France 2 pour diffuser un film récompensé par le Crif- n'a fait aucune mention de sa participation à cette remise de prix dans son agenda officiel ou via son compte Twitter {http://panamza.com/10671; http://panamza.com/bpc; http://panamza.com/bpd}. 

*** À propos du documentaire *** 
 
Son sujet : les "blessures identitaires" des lycéens de banlieue, majoritairement musulmans et présentés pour la plupart comme des antisémites-anti-Charlie-complotistes-et-négationnistes. Soit la version audiovisuelle, actualisée et paternaliste du livre "Les territoires perdus de la République" consacré à la même cible {https://youtu.be/12u9PMNEfDc; http://panamza.com/12800}. 
 
Sa promotion médiatique : des interviews complaisantes des 2 réalisateurs ont été menées par Ruth Elkrief de BFM TV, Paul Amar de la chaîne israélienne i24news et Paule-Henriette Lévy de la "Radio de la communauté juive" {http://panamza.com/bey; http://panamza.com/bez; https://youtu.be/LxD-Q3lbO3E}. 
 
Sa promotion politique : un tweet favorable de Serge Barbet, conseiller du ministre de l'Éducation nationale {http://panamza.com/bfa}. 
 
Sa co-réalisateur : Mohamed Ulad-Mohand, ex-compagnon de Mazarine Pingeot et producteur (en tandem avec la philosophe franco-israélienne Sophie Nordmann et avec le soutien du "Comité juif américain", lobby ultra-sioniste) d'une émission inaboutie de télé-réalité sur la question israélo-palestinienne {http://panamza.com/bfb}. 
 
Sa co-réalisatrice : Isabelle Wekstein-Steg, avocate, organisatrice de voyages éducatifs sur Israël et participante d'un récent colloque islamophobe organisé à Paris par le "Comité juif américain" -en présence de Manuel Valls {http://panamza.com/12800; http://panamza.com/bpe}. 
 
Se mettant en scène tout au long du film, le duo commence à se présenter aux élèves comme "un Arabe et une juive", laissant ainsi espérer au téléspectateur que les préjugés de chaque communauté seront mutuellement exposés. Il n'en sera rien. 
 
À aucun moment, le documentaire n'aborde équitablement d'autres "blessures identitaires" de la jeunesse française. Silence radio, par exemple, sur ces jeunes juifs franciliens ouvertement islamophobes ou anti-arabes et, pour certains d'entre eux, partis servir en Israël une armée d'occupation coupable de crimes de guerre {http://panamza.com/7887; http://panamza.com/7448}. 
 
HICHAM HAMZA

: Afrique Monde