Nombre total de visites : 3468068
Aujourd'hui : 426
En ligne actuellement : 4

Mauritanie : Enquête sur l’Esclavage, les esclavagistes Arabes de la Mauritanie ont la peau dure – Expulsée de Nouakchott, une délégation américaine attendue à Dakar

2017-09-11 22:32:37 - Une délégation de la société civile américaine, conduite par le Pr.Jonathan Jackson, fils de Jessie Jackson, sitôt arrivée à Nouakchott ce 09 septembre, a été expulsée par le gouvernement mauritanien. La délégation qui devait évaluer les efforts consentis par Nouakchott dans la lutte contre la persistance de l’esclave en Mauritanie, a aussitôt rallié, par le même vol Air France, Paris où ses membres ont été reçus par des activistes des droits de l’homme mauritaniens.

Porte-parole du National Rainbow Push, Pr.Jonathan Jackson et sa délégation s’étaient rendus en Mauritanie à l’invitation des Ong mauritaniennes notamment de Sos Esclaves, une organisation anti-esclavagiste. La délégation composée de 12 personnes devait également s’entretenir avec le président mauritanien pour «pour évaluer les avancées enregistrées par la Mauritanie dans le domaine de la lutte contre l’esclavage et ses séquelles», renseigne le site «Courrierdunord».
 
Mais, les autorités de Nouakchott ne leur en ont pas donné l’occasion, elles ont décidé de refouler vers Paris l’avion du Pr Jackson.
 
L’ambassade américaine à Nouakchott, dans un communiqué, a déploré la décision des autorités mauritaniennes «de refuser l’entrée dans leur pays de la délégation du mouvement civique américain».
 
Une décision que dénonce également l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E) qui charge les autorités mauritaniennes lesquelles «nient l’évidence de ces réalités tristes très visibles.
 
L’Etat, le parti au pouvoir et leurs ONG fantômes inféodées au pouvoir, sont financées à coup de milliards pour alimenter la chaîne du mensonge d’Etat depuis l’indépendance à nos jours», relève AHME dans un communiqué reçu à la rédaction de Seneweb,Diko Hanoune, secrétaire général de l’association dénonce le fait que l’Etat mauritanien «n’accepte que des rares visites ou missions téléguidées, encadrées, lors desquelles, il est interdit d’entrer en contact direct  avec les victimes; selon la logique des fonctionnaires formatés, recrutés pour mentir, pour produire des rapports qui abondent dans le sens que  veulent entendre les bourreaux esclavagistes, racistes tapis au sommet des institutions de l’Etat». 
 
AHME et ses membres se disent «solidaires de cette délégation de militants des droits civiques Américains» et condamnent «fermement l’altitude de l’Etat mauritanien qui refuse de prendre en charge la lutte contre l’esclavage et les inégalités.
 
Ce qui se traduit par des arrestations, emprisonnements, harcèlements judiciaires avec des faux procès en cascade contre les militants abolitionnistes mauritaniens. Nous demandons à la communauté internationale de prendre les vraies mesures qui s’imposent contre le pouvoir mauritanien pour faire respecter les traités et conventions signées et ratifiées par la Mauritanie», insiste Diko Hanoune dans le texte.  
  
Le gouvernement mauritanien pour sa part, parle d'agissements contre les lois du pays. «Les militants antiesclavagistes américains, refoulés vendredi soir de Nouakchott, voulaient agir contre les lois mauritaniennes», soutient le porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Cheikh, cité par l’Agence France Presse (AFP).
 
La délégation devrait se rendre à Dakar où elle va rencontrer les mêmes Ong mauritaniennes.
 
Seneweb News - Titre: AM

: Afrique Monde