Nombre total de visites : 3468067
Aujourd'hui : 425
En ligne actuellement : 4

France : Enquête ouverte contre la famille de Théo Luhaka pour escroquerie en bande organisée et blanchiment

2017-09-07 00:08:09 - Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Bobigny pour notamment « escroquerie en bande organisée » et « blanchiment ». Elle porte sur la gestion de plusieurs associations dirigées par le frère de Théo, ce jeune homme grièvement blessé lors d’une interpellation policière à Aulnay en février.

L’affaire financière qui touche la famille de Théo, ce jeune homme victime d’une interpellation brutale en février 2017, n’a pas fini de faire des remous. Le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a ouvert le 4 août dernier, dans la plus grande discrétion, une information judiciaire contre X pour « escroquerie en bande organisée au préjudice d’un organisme chargé d’une mission de service public, abus de confiance, blanchiment ».
 
La justice soupçonne l’existence d’un véritable système familial d’escroquerie aux aides de l’État, d’une ampleur et complexité qui nécessitent la saisie d’un juge d’instruction. Plus de cent réquisitions bancaires ont été effectuées par les enquêteurs. L’enquête préliminaire ouverte en juin 2016, soit plusieurs mois avant l’interpellation violente dont a été victime Théo, ne visait que des faits d’escroquerie et d’abus de confiance.
 
Cette ouverture d’information ne remet évidemment pas en cause les violences policières présumées subies par Théo. Pour rappel, quatre gardiens de la paix ont été mis en examen, dont un pour viol par le moyen d’une matraque, dans cette affaire très politisée à l’époque. Quelques jours après le drame, le président de la République, François Hollande, s’était rendu au chevet de la victime présumée pour marquer son soutien à ce « jeune toujours connu pour un comportement exemplaire dans une famille d’Aulnay qui voulait vivre en paix et en confiance avec la police ».
 
C’est l’inspection du travail qui est à l’origine de la mini-tornade. Elle a saisi la justice en effectuant tour à tour trois signalements sur des anomalies de gestion relatives à plusieurs associations créées ou dirigées, parfois en sous-main, par Mickaël Luhaka, 35 ans, le frère de Théo. Tout commence courant 2015 par un contrôle de l’inspection du travail d’Ile-de-France concernant l’association Aulnay Events.
 
Cette association d’Aulnay-sous-Bois, est censée avoir embauché 30 salariés, formés pour être animateurs de rue. La structure, dont le but est de lutter contre la violence dans le département, aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678 000 € de subventions d’Etat par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi.
 
Huit membres de la famille rémunérés par l'association
 
Des employés fantômes ? Lors du contrôle de l’inspection du travail, aucun élément matériel probant n’a pu être produit par les dirigeants de l’association pour étayer la réalité des emplois. Par ailleurs, plus de 350 000 € de cotisations sociales, notamment Urssaf, n’ont pas été réglées. Entre-temps l’association a mis la clé sous la porte. Ce qui déclenche en avril 2016 un premier signalement (article 40 du Code de procédure pénale) de la part de l’inspection du travail auprès du procureur de la République de Bobigny.
 
Fin juin 2016, le parquet financier de Bobigny ouvre donc une enquête préliminaire. Il soupçonne des malversations financières de la part des dirigeants et des salariés. Selon nos informations, les investigations des policiers du SDPJ 93 chargés de l’enquête auraient montré que huit membres de la famille Luhaka, tous habitant à Aulnay-sous-Bois, ont perçu de l’association plus de 170 000 € de rémunérations par virement, dont 52 000 € sur le seul compte de Théo. Par ailleurs, plus de 80 000 € ont été retirés en espèces au cours de la même période. A propos de l’embauche de certains membres de sa famille dans la structure Aulnay Events, qui n’est pas en soi illégale, le dirigeant nous expliquait en février :
 
« Quand j’ai présenté le projet à la mission locale, je n’ai jamais caché que mes frères et sœurs interviendraient dans l’association. Ils ont été déclarés en CDI en tant qu’animateurs. Théo, Grégory, Eléonor faisaient partie des 30 salariés. Au même titre que les autres, ils ont bénéficié des contrats aidés. »
 
Un second signalement pour travail dissimulé et entrave
 
Parallèlement, l’inspection du travail a découvert qu’au moins deux membres de la famille, Mickaël et Grégory, apparaissaient dans deux autres associations, et Grégory également au sein d’une société commerciale domiciliée rue Antoin-Bourdelle, la même adresse qu’Aulnay Events. D’où un nouveau signalement (article 40) en août 2016 de la part de l’inspection du travail auprès du procureur de la République de Bobigny. Cette fois pour travail dissimulé et entrave. Mickaël Luhaka évoque une mauvaise gestion mais conteste les faits d’escroquerie. « Attention, je suis un entrepreneur à la base, je fais beaucoup de projets, je me suis loupé car je n’ai pas de compétences de gestion » nous déclarait-il le 24 février.
 
Le 10 avril 2017, l’administration effectue un troisième signalement auprès du parquet de Paris concernant une association domiciliée dans le 18ème arrondissement de la capitale dans laquelle apparaît en sous-main Mickaël Luhaka. Essence de la Réussite, qui est « spécialisée dans le secteur des organisations religieuses » a recruté 16 emplois d’avenir. La plupart des structures sont aujourd’hui en liquidation judiciaire et son dirigeant, interdit bancaire.Le parquet de Paris avait immédiatement transmis le rapport de l’inspection du travail au parquet de Bobigny…
 
leparisien.fr

: Afrique Monde