Nombre total de visites : 3372616
Aujourd'hui : 424
En ligne actuellement : 4

France : Macron ou le vide idéologique, en tambours en trompettes!

2017-07-14 16:53:59 - C'est à doses de commémorations intempestives, châteaux historiques et autres lieux de mémoires que Macron compte noyer le vide idéologique qui caractérise la vague opportuniste qui l'a portée à Élysée. 

Celle justement par laquelle le petit Siècle français a accouché. Le tout en marchant, dans l'ombre de son mentor Hollande et son sens inné de la compromission permanente. 
 
La rafle du Vel'd'Hiv. servira donc de tremplin pour s'acoquiner avec Netanyahou. Le 14 Juillet, pour caresser Trump dans le sens du poil. Pierre Le Grand, pour se réconcilier avec Poutine et, par ricochet, son infâme protégé Assad. Et pour prendre de la hauteur, dîner au Tour Eiffel. Autant dire, le néant, en tambours en trompettes.
 
Les femmes ont des yeux. Elles voient tout. Les hommes, des oreilles. Ils écoutent. Une nation est un mélange des deux. Elle voit, donc, comme elle écoute. Et elle fait ses choix sous l'influence de ces deux sens décisifs : l’ouïe et la vue. A des degrés divers, certes. Pour les premières, celles de la vue, Emmanuel Macron est mignon. Elles sont toutes à ses pieds. Toutes les dames de France et d'Europe l'adorent. Qui n'a pas vu le Dame de fer allemande, quémander sa main droite, pour un salut. Nein, dit-il, une main ça se mérite. 
 
Les hommes, eux, écoutent encore le silence qui entoure le jeune président. Et à défaut de ne rien entendre justement, ils sont venus à penser, à tort peut-être, que le vide règne. Ils ne sont pas dupes. Ils en ont vu d'autres, passer. En tambours et trompettes mêmes. 
 
Surtout qu'ils savent bien que les vieilles nations en déprime se consolent volontiers dans la courte ivresse qu'offrent les commémorations de leurs gloires passées. Cependant ce saupoudrage a hélas l'effet court. 
 
C'est que les vestiges des victorieux maréchaux de France aux invalides ne cachent en effet que trop mal le délabrement de l’armée française d'aujourd’hui. Donald Trump, qui sait bien se tenir, y affichait d'ailleurs le même recueillement qu'il avait sur le tombeau du Christ en Palestine. En fait, l'option défaitiste de Macron, voilà ce que nous fumes, trahit bien le seul moment de vérité : respect aux morts. 
 
Cela dit le vide parade aussi. Et Macron sait bien le faire défiler. En musique miliaire, s'il le faut. Il l’étale comme l'enfant expose son armée en figurines. Les naïfs croient ainsi voir la puissance, tandis qu'il en est rien. 
 
C'est donc à doses de commémorations intempestives, châteaux historiques et autres lieux de mémoires glorieuses que Macron compte noyer le sidéral vide idéologique qui caractérise la vague opportuniste qui l'a portée à Élysée. Celle justement par laquelle le petit Siècle français a accouché. Le tout en marchant, petits bras, dans l'ombre de son mentor Hollande et son sens inné de la compromission permanente. 
 
La rafle du Vel'd'Hiv. servira donc d'un tremplin immoral pour s'acoquiner avec le bourreau des palestiniens : Netanyahou. Le 14 Juillet, pour caresser Trump dans le sens du poil. La mémoire de Pierre Le Grand, pour se réconcilier avec Poutine et, par ricochet, avec son infâme protégé Assad. Et pour prendre de la hauteur, dîner au Tour Eiffel. 
 
Il en reste quoi, après ce vide tonitruant, en tambours en trompette ? Restent les ventres de femmes africaines. Il paraît qu’elles font beaucoup d'enfants. Pour le rassurer, ils en meurent autant par mortalité enfantine et par paludisme, ce premier décimeur mondial. Si ce n'est pas par guerres civiles, ou par famines et pauvreté. Qu'il se 
rassure, alors, Macron.
 
alterinfo
 

: Afrique Monde