Nombre total de visites : 3372623
Aujourd'hui : 431
En ligne actuellement : 4

France : Les rémunérations très embarrassantes de Nicolas Hulot

2017-07-06 01:57:27 - "Le Canard Enchaîné" s'est penché dans son édition de ce mercredi sur les différentes sociétés du nouveau ministre de la Transition écologique.

Alors que les révélations se multiplient sur les ministres du gouvernement, le dernier en date pointé du doigt est Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique. En effet, selon les informations du journal Le Canard Enchaîné, la fondation Nicolas Hulot, rebaptisée Fondation pour la nature et l'homme depuis qu'il a passé la main à Audrey Pulvar, aurait profité de larges rémunérations depuis plusieurs années.
 
Le journal revient en effet sur les mécènes de la Fondation. Ainsi, EDF aurait versé 460.000 euros par an à la fondation jusqu'en 2012 puis 100.000 ensuite. Des finances qui posent problème étant donné que le nouveau ministre de la Transition écologique va prochainement devoir prendre position sur l'EPR de Flamanville, détenu par EDF.
 
Par ailleurs, Veolia a quant à lui versé 200.000 euros par an entre 2012 et 2017 et Vinci, désigné pour construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a financé la fondation à hauteur de 30.000 euros en 2014 et 2015.Le Canard Enchaîné a également tenu a rappeler que l'ancien présentateur de l'émission "Ushuaïa" a créé en 1990 une société, Eole Conseil, principalement alimentée par les royalties touchées sur les ventes de shampoings et de gels douches de la marque Ushuaïa, et les comptes annuels sont juteux selon l'hebdomadaire. "À partir des années 2000, Eole Conseil a dégagé entre 480.000 et 715.000 euros de chiffre d'affaires par an. Une machine à cash pour l'écolo".
Play Video
 
"60 Millions de consommateurs" a épinglé la marque
 
De plus, le quotidien a tenu à rappeler que "60 Millions de consommateurs" a épinglé le mois dernier trois produits de la marque Ushuaïa en raison de la présence de colorants allergènes ou d'une substance "soupçonnée d'être un perturbateur endocrinien". Nicolas Hulot a quant à lui indiqué au Canard Enchaîné : "tout sera déclaré à la Haute Autorité, c'est elle qui appréciera s'il y a conflit d'intérêts".
 
Le Point
 

: Afrique Monde