Nombre total de visites : 3372619
Aujourd'hui : 427
En ligne actuellement : 3

Cameroun - Terrorisme : L'armée camerounaise indexe la complicité des populations victimes avec Boko Haram

2017-07-05 02:05:08 - Incapable de juguler le terrorisme islamiste qui, selon certaines sources, aurait fait son entrée au Cameroun à la suite des compromis avec des agents du pouvoir désireux de créer le chaos pour perpétuer le régime en place, l'armée camerounaise serait en train de chercher un prétexte pour réprimer les populations pourtant victimes de Boko Haram. 

Après l'arrestation et la torture en 2015 du journaliste camerounais basé au Nigeria, Simon Ateba, qui fut alors accusé d'être un informateur de Boko Haram, après l'arrestation et la condamnation -à l'issue d'un procès tout ce qu'il y a de kafkaïen- à 10 ans de prison du correspondant en langue haussa de RFI, Ahmed Abba, accusé de blanchiment de produits terroristes, l'armée camerounaise pointe maintenant du doigt les populations de l'Extrême-Nord qui abriteraient des agents terroristes. Des accusations qu sonnent comme un prélude à de terribles réprésailles.
 
Un officier supérieur de l'armée camerounaise a laissé entendre il y a quelques jours à ce propos, que la multiplication des attentats suicides dans certaines localités de la Région de l'Extrême-Nord, serait la résultante  d'une grande complicité entre certains habitants en zone de guerre et les terroristes de Boko haram.
 
«Ce que l'on remarque est une concentration d'attaques kamikazes qui devrait justifier peut être une forte présence de ces assassins qui doivent être en rupture logistique et sont obligés d'agir dans la précipitation. La vigilance de la population est encore une fois requise . Ces terroristes partent forcement de certaines habitations d'où la suspicion d'une grande complicité dans ces zones entre des habitants et des terroristes Boko haram » avait déclaré le Colonel Didier Badjeck, Chef de la Division de la Communication au ministère de la Défense, au cours d'une émission hebdomadaire du Ministère de la défense (Mindef) sur le poste national de Radio Cameroun.
 
Un énième attentat perpétré hier soir dans la localité de Homaka à l'Extrême-Nord, par un kamikaze qui a fait exploser sa bombe au milieu d'un groupe de personnes, faisant quatre mortset une dizaine de blessés, fait monter la crainte au mieux c'un harcèlement des populations par les forces de défense, au pire, d'une répression aveugle, qui pourrait aller bien au-delà des rafles déjà fort épuisantes dans les localités en proie aux criminelles exactions de la secte islamiste nigériane.

Natondi K.
 
 

: Afrique Monde