Nombre total de visites : 3372619
Aujourd'hui : 427
En ligne actuellement : 1

France : Retraites, chômage, immatriculation des deux roues... ce qui change au 1er juillet

2017-07-01 16:05:00 - Retraites, allocations chômage, hausse du prix de certaines consultations, vignette Crit'Air, immatriculation des deux roues: ce qui change au 1er juillet. 

- Retraites 

Les salariés du privé, les salariés agricoles et les indépendants ayant cotisé à plusieurs régimes (Cnav, MSA, RSI) durant leur carrière bénéficieront désormais d'un interlocuteur et d'une pension uniques lors de leur départ à la retraite. Prévue par la réforme de 2014 par souci de simplification, cette liquidation unique pour les régimes alignés (Lura) concernera les nouveaux retraités nés à partir de 1953. Jusqu'en 2030, deux tiers des polypensionnés devraient toucher une pension plus faible par rapport à l'ancien système, entre un quart et un tiers une pension plus élevée, en raison des nouvelles règles de calcul, selon la Cnav. 
 
- Allocations chômage 
 
L'allocation minimale, la partie fixe de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) et l'allocation minimale pour les allocataires effectuant une formation seront revalorisés de 0,65%. L'allocation minimale passera ainsi à 28,86 euros par jour, au lieu de 28,67 actuellement. A Mayotte, elle sera portée à 14,42 euros par jour. Près de 94% des demandeurs d'emploi indemnisés par l'Assurance chômage sont concernés, soit environ 2,5 millions de personnes. 
 
- Consultations chez les médecins spécialistes 
 
Après le passage de la consultation de 23 à 25 euros chez le généraliste début mai, de nouvelles revalorisations tarifaires entrent en vigueur pour les médecins libéraux. La consultation coordonnée, lorsqu'un médecin traitant adresse son patient à un spécialiste, passera de 28 à 30 euros. Chez les psychiatres, neuropsychiatres et neurologues, le tarif de la consultation grimpera de 37 à 39 euros. 
 
- Plaques d'immatriculation 
 
Tous les véhicules à deux ou trois roues-motorisés, ainsi que les quads, devront être équipés d'une plaque de format 210x130 mm. Cette mesure était déjà en vigueur depuis le 1er juillet 2015 pour tous les véhicules neufs ou d'occasion concernés par une nouvelle immatriculation. "Tout conducteur circulant avec une plaque non conforme, illisible, amovible ou mal positionnée (exemple: trop inclinée) sera passible d'une amende de 4e classe (135 euros)", précise la Sécurité routière. 
 
- Vignette Crit'Air et interdiction des véhicules polluants à Paris 
 
Tous les véhicules circulant dans les zones à circulation restreinte (ZCR) devront arborer leur vignette Crit'Air, qui les identifie selon leurs émissions polluantes (oxydes d'azote, particules), sous peine de s'exposer à une amende de 68 euros. A Paris, les véhicules munis de vignettes Crit'Air 5 (incluant les voitures diesel immatriculée avant 2001) ne seront plus autorisés à rouler en semaine entre 08H00 et 20H00 (en plus des véhicules non classés). 
 
Toutes les interdictions au volant 
 
Drogues et alcool 
 
Si le taux maximum de 0,5 g d'alcool par litre de sang est toujours en vigueur, en revanche, à compter du 1er juillet, les jeunes conducteurs (moins de 3 ans de permis ou 2 ans avec la conduite accompagnée) n'auront plus le droit de dépasser 0,2 g. 
 
Autant dire qu'il leur faudra éviter toute boisson alcoolisée avant de prendre le volant, puisque, selon la corpulence, la quantité du sang et le métabolisme, le taux de 0,2 g peut être dépassé avec un seul verre. Bien entendu, les drogues sont également prohibées. Être arrêté sous l'emprise de l'alcool (au-delà du seuil) ou de stupéfiants est passible d'une amende de 4 500 € et d'une perte de 6 points. 
 
Téléphoner 
 
Première interdiction, celle de manipuler un téléphone alors qu'on conduit, sous peine d'écoper de 135 € d'amende et de 3 points en moins. Les jeunes, nombreux à être adeptes du selfie (se photographier) en train de conduire vont devoir freiner leurs envies. Mais à partir du 1er juillet, la réglementation va aussi changer concernant les oreillettes, jusqu'à présent tolérées. 
 
Ainsi, le nouvel article du code de la route «interdit le port à l'oreille, par le conducteur d'un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d'émettre du son, à l'exception des appareils électroniques correcteurs de surdité». 
 
Casques audio, oreillettes filaires ou Bluetooth seront donc punis par 135 € d'amende et un retrait de 3 points. Même punition et interdiction pour les deux-roues, dont les vélos, qui n'auront droit ni au portable coincé sous le casque, ni aux oreillettes. 
 
Par contre, les systèmes Bluetooth intégrés aux voitures, ou qui ne nécessitent pas le port d'une oreillette (lire ci-dessous), restent, eux, autorisés. 
 
Regarder un écran 
 
Pratique plus répandue chez les routiers que chez les automobilistes, le visionnage d'un lecteur DVD portable ou d'une tablette, ou de tout autre écran non destiné à l'aide à la conduite (GPS), est formellement interdit est passible d'une amende de 1 500 € et de 3 points en moins. 
 
Fumer 
 
La loi est encore en cours d'examen au Parlement, mais si elle est validée, il sera bientôt interdit de fumer à bord de son véhicule lorsqu'on s'y trouve en même temps qu'un mineur. Une amende de 68 € sanctionnera le contrevenant. 
 
L'article R.412-6 du code de la route permet aux forces de l'ordre de verbaliser (amende de 75 € sans perte de points) un nombre importants de comportements au volant. 
 
Car en stipulant que le conducteur «doit se tenir constamment en position d'exécuter toutes les manœuvres qui lui incombent», il laisse une libre appréciation assez grande aux agents. 
 
Voici quelques exemples de situations verbalisables : 
 
Manger un sandwich 
 
Se maquiller, même à l'arrêt dans les bouchons. 
 
Fouiller dans la boîte à gants. 
 
Écouter de la musique trop fort, qui pourrait vous empêcher d'entendre les bruits de la circulation. 
 
Conduire en tongs 
 
(©AFP / 30 juin 2017 20h50) 
 

: Afrique Monde