Nombre total de visites : 3374265
Aujourd'hui : 682
En ligne actuellement : 4

USA : Enfin !!! une deuxième bonne décision du Président Trump. Le département d’État US ne fêtera pas le Ramadan. A chacun sa culture,et les chiens et chiennes seront bien gardés

2017-05-29 16:37:55 - Nouvelle entorse à la tradition au département d’État américain: le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a refusé cette année que ses services organisent les activités habituellement liées au Ramadan. 

Ce mois sacré pour les musulmans a commencé le 26 mai à la tombée de la nuit mais pour la première fois, les dirigeants des organisations islamiques n'ont pas reçu d'invitation pour la réception organisée par le département d'État depuis presque 20 ans — la tradition avait été instaurée par la première femme secrétaire d'État Madeleine Albright. Les observateurs soulignent que ce refus du département d'État s'inscrit dans la ligne générale de l'administration de Trump vis-à-vis de l'islam. 
 
Deux hauts représentants américains ont annoncé à la presse que cette année, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson avait décliné la recommandation de la Direction pour la religion et les relations globales d'organiser des activités consacrées au Ramadan. Le département d'État a refusé de confirmer cette information sans pour autant la démentir. 
 
Pendant sa campagne, Trump ne parlait pas seulement du danger du terrorisme islamique mais également de l'"islam radical". Il a conservé cette ligne d'attitude critique en devenant président. Même pendant son récent discours devant des dirigeants musulmans en Arabie saoudite, Trump a parlé de "terreur islamique" et non "islamiste". La nuance n'est pas anodine. 
 
Le 26 mai, le président américain a félicité les musulmans pour le début du Ramadan, mais ces vœux étaient "presque entièrement consacrés au terrorisme", souligne The Washington Post. Shadi Hamid, spécialiste de confession musulmane de la Brooklyn Institution interrogé par le quotidien, a qualifié les vœux de Trump d'"offensants et terribles en grande partie". 
 
Les experts reconnaissent que désigner les musulmans avant tout comme une source potentielle de terrorisme pourrait creuser le fossé entre les partisans du président Trump et ses opposants.
 
sputniknews - Titre : AM
 

: Afrique Monde