Nombre total de visites : 3332985
Aujourd'hui : 381
En ligne actuellement : 5

Madagascar : Madagascar menacé par le Wahhabisme et la radicalisation. Enfin,le ministre de l’Education nationale Paul Rabary se reveil, et demande la fermeture des écoles de l'obscurantisme (coraniques)

2017-04-29 17:15:26 - Il est vrai que le pays n’a pas de problème actuel avec la radicalisation, mais les récentes implantations du Wahhabisme à Madagascar montrent un essor de l’islamisme radical qui passe complètement à travers les mailles du filet.

 Parmi les pistes, des entrées clandestines provenant des Comores et de la Turquie dans le nord de Madagascar.
 
Des bateaux clandestins font régulièrement des va-et-vient entre les Comores et le nord de l’île et on n’a aucune idée des personnes qui débarquent. Mais le magazine Jeune Afrique nous apprend que dans le même temps, plusieurs mosquées wahhabites ont été construites à Majunga, mais les sources locales mentionnent que plusieurs institutions religieuses sont aussi prévues à Diego Suarez, à Tuléar et à Tananarive. 
 
Le point commun de ces institutions et de ces mosquées est qu’elles sont financées par l’Arabie Saoudite via des réseaux qui sont connus pour être des radicaux par les services de renseignement. Et qu’on se le dise, quand on voit des mosquées wahhabites, alors les terroristes ne sont jamais loin, car cela fait partie de la machine redoutable de la diplomatie religieuse de l’Arabie Saoudite et des leaders wahhabites.
 
La diplomatie religieuse wahhabite à l’oeuvre
 
A priori, on ne voit pas le rapport entre le Wahhabisme saoudien et des organisations comme Daesh. Mais il suffit de regarder leurs principaux commandements pour voir qu’il n’y a aucune différence. La même persécution à l’égard des femmes, un mépris pour les droits humains et une haine farouche pour tous les autres musulmans et les mécréants. Daesh et consorts ne sont que le résultat de la diplomatie religieuse par l’Arabie Saoudite depuis les années 1970. 
 
Auparavant, on avait uniquement des rumeurs sur cette diplomatie et cet endoctrinement au niveau mondial, mais les Saoudi Leaks, révélés par Wikileaks, ont permis de connaitre l’ampleur de la propagande wahhabite en achetant des médias et en finançant des constructions telles que des mosquées ou des écoles coraniques.
 
Mais comment ça marche ?
 
Si vous êtes un musulman récemment converti et que vous êtes un pauvre péquenot, alors vous l’avez mauvaise en n’ayant pas de mosquée pour prier. Si les communautés musulmanes d’origine indienne sont dominantes à Madagascar avec des mosquées, la communauté musulmane d’origine comorienne et malgache doit se contenter de terrain vague pour prier.
 
Donc, vous êtes un musulman pauvre et marginalisé et vous voulez une mosquée. Vous contactez l’Arabie Saoudite et ses alliés (Qatar et les Émirats Arabes Unis) pour qu’ils vous financent la construction.
 
S’il y a suffisamment de péquenots d’adeptes qui signent le dossier et qui le transmettent au Ministère des affaires étrangères saoudien, alors vous pouvez gagner le pactole. On vous construit la mosquée, l’association, l’école coranique et tout ce que vous voulez. Mais il y a juste une petite condition imposée par l’Arabie Saoudite. C’est un imam wahhabite qui doit diriger la mosquée et par ce fait, il peut imposer des doctrines wahhabites dans le crâne de nouveaux musulmans qui peuvent être facilement manipulés.
 
Avant les années 2000, l’Arabie Saoudite ne s’intéressait pas du tout à Madagascar. Mais plusieurs venues de hauts dignitaires du Royaume sont venues entre-temps dans la Grande Ile. Ils ont vu le potentiel de radicalisation chez certaines communautés musulmanes. 
 
Une pauvreté systématique, un manque de repères et une méconnaissance de l’Islam, mais surtout, une surveillance aux frontières qui est inexistante. Dès 2005, les médias malgaches rapportaient qu’il y avait des associations prônant un islamisme radical à Nosy-Be.
 
Le magazine Jeune Afrique nous dit qu’il y a au moins 10 mosquées Wahabbites à Majunga. 3 écoles coraniques sont prévues à Diego et 2 centres de loisir et d’instruction religieuse vont être construits à Tuléar à partir de l’année prochaine.
 
Ces constructions passeraient inaperçues sans l’indiscrétion de certains musulmans sur les réseaux sociaux qui glorifient ces financements d’origine saoudienne. Dans d’autres pays, la prolifération de ces mosquées wahhabites provoquerait la transpiration parmi les autorités et elles seraient interdites dans la seconde, mais ici, tout le monde semble s’en foutre royalement.
 
Mais certains pourraient arguer que c’est tout fait justifié puisque l’Arabie Saoudite prétend être le garant du monde musulman (sic). Mais le fait que cette diplomatie religieuse avait fait le même coup en Afghanistan dans les années 1980 pour combattre les Soviétiques. Les Saoudiens avaient financé des dizaines d’écoles coraniques et 20 ans plus tard, de jeunes hommes, complètement radicalisés, semaient la terreur dans le pays sous le nom de Talibans.
 
Des intérêts communs pour les commanditaires
 
Jeune Afrique prétend qu’il y a des députés, un membre de la communauté indienne et des ressortissants comoriens qui sont impliqués dans cette campagne de radicalisation rampante. Des femmes vêtues de voile intégral augmentent de plus en plus dans les rues de la capitale, mais surtout à Majunga où ce vêtement devient une norme. Si le voile intégral n’est pas une preuve de la radicalisation, cela reste un indice que certaines mentalités ont changé ce qui n’est jamais un bon signe pour le futur. 
 
Mais quel serait l’intérêt d’attiser la guerre religieuse à Madagascar ? On peut penser qu’il y a un double objectif. Le premier est que le pays est dans la tourmente. Le gouvernement a échoué à tenir de nombreuses promesses et il y a des groupes et des intérêts économiques qui ne seraient pas contre un Remake de 2009 où certains ont pu s’enrichir jusqu’à en éclater la panse.
 
Des troubles et des attentats fragiliseraient le pouvoir et favoriseraient un renversement illégal du régime. Mais seul un âne bâté pourrait utiliser l’islamisme radical à des intérêts purement politiques, car la violence terroriste est incontrôlable et les dégâts seraient monstrueux pour Madagascar qui a évité le fléau de la guerre religieuse qui mettrait le pays en pièces. 
 
Pour l’islamique radical, la cible occidentale est secondaire, mais c’est les musulmans chiites qui doivent être exterminés. La preuve est que Daesh a d’abord attaqué l’Irak, pays principalement chiite et kurde, avant de s’attaquer à l’Occident. Les principales communautés de Madagascar sont de confession chiite et l’islamisme radical ne peut pas supporter une telle influence.
 
Les solutions possibles
 
Étant donné que le Wahhabisme à Madagascar s’insère de manière sournoise et sur le long terme, il est difficile de combattre efficacement le phénomène. Mais il faut commencer par vérifier tous les financements liés au domaine religieux, notamment des mosquées qui poussent de nulle part alors qu’on ignore tout des associations qui les gèrent. 
 
Il faut donner plus de moyens à l’armée pour qu’elle surveille les frontières et supprime totalement les passagers clandestins qui peuvent entrer à Madagascar comme dans un moulin.
 
On ne dit pas d’entraver la liberté de culte, mais la vérification des sources de financement n’a aucun problème avec la liberté de culte. Et si on découvre que des éléments religieux, politiques ou économiques tentent de foutre la merde dans un pays, qui a déjà suffisamment de problèmes, alors on ne doit pas hésiter à les attraper par la peau du cul et à les jeter à la mer… avec une pierre attachée aux pieds de préférence.
 
Boubacar Ngeuma
 

: Afrique Monde