Nombre total de visites : 3388905
Aujourd'hui : 299
En ligne actuellement : 6

Sénégal : Les chiens de garde au Sénégal s'appellent « Y en a marre ». Ils en ont marre de quoi ?

2017-04-10 06:42:04 - Au Sénégal, ils ont osé. Ou presque. Le mouvement sénégalais Y en a marre en a marre. De quoi ? De tout ce qui ne va pas, aujourd'hui ou demain. Vaste programme ! Tout comme les Etats-Unis ont décidé d'être les gendarmes du monde, eux ont décidé d'être les gendarmes de l'Afrique, de Dakar à Kinshasa, en passant par Ouagadougou.

Il y a quelques années, en France, pour tourner en dérision les positions de l'opposition de gauche, surtout des communistes, on disait qu'ils « étaient contre tout ce qui est pour, et pour tout ce qui est contre ». C'était évidemment un peu court comme objectifs politiques et, heureusement, aucun parti politique n'avait osé endosser cette formule.
 
Au Sénégal, ils ont osé. Ou presque. Le mouvement sénégalais Y en a marre en a marre. De quoi ? De tout ce qui ne va pas, aujourd'hui ou demain. Vaste programme ! Tout comme les Etats-Unis ont décidé d'être les gendarmes du monde, eux ont décidé d'être les gendarmes de l'Afrique, de Dakar à Kinshasa, en passant par Ouagadougou.
 
Une telle mission commune avec les Etats-Unis n'est bien sûr pas fortuite, et rejoint celle d'autres mouvements essaimés à travers le continent, comme OSIWA (Open Society Initiative for West Africa, l'Open Society de Georges Soros que nous connaissons bien), Filimbi, le Balai Citoyen, etc. Ils s'intitulent tous mouvements citoyens.
 
Avec leur uniforme noir (en d'autres temps et d'autres lieux, des uniformes de ce genre ou avec des chemises de couleur brune avaient marqué l'Histoire), ils ont décidé d'organiser un rassemblement ce vendredi à Dakar pour remettre le gouvernement sénégalais et le président Macky Sall sur le droit chemin. Ils leur reprochent notamment de trop investir ici, et pas assez là, et craignent qu'un jour prochain ils n'aient à payer le litre d'essence trop cher, et divers autres griefs. Comme le martèle le leader du mouvement, Fadel Barro, ils veulent alerter les Sénégalais contre les tares du gouvernement, en mettant en avant tout ce qui ne va pas, du paysan mécontent à la famille qui n'arrive pas à joindre les deux bouts. Y en a marre quoi.
 
Malgré le vide de son contenu, ce rassemblement en lui-même est d'une importance majeure. Il sert avant tout à tester les capacités de mobilisation du mouvement et le bon fonctionnement de tous ses rouages. C'est aussi une répétition pour relever tous les points à parfaire pour de futurs mouvements de masse, façon OTPOR. On ne peut s'empêcher de penser qu'il s'agit avant tout d'une menace déguisée lancée au président Macky Sall, une sorte d'avertissement lui signifiant qu'il a tout intérêt à continuer à rester « conforme ».
 
Avic – Réseau International
 
 

: Afrique Monde