Nombre total de visites : 3313123
Aujourd'hui : 485
En ligne actuellement : 2

Cameroun: L’ultimatum du Code à Paul Biya. (Biya est rentré s’installer à l’hôtel Intercontinental à Genève, après sa visite officielle en Italie, qui lui a servi de prétexte pour aller en villégiature)

2017-04-07 03:25:16 - Le Collectif des organisations démocratiques et de la diaspora camerounaise (Code) donne 7 jours au chef de l’Etat pour regagner le pays. 

Après avoir perturbé considérablement le séjour du couple présidentiel camerounais, l’année dernière à Genève en Suisse, où Paul et Chantal Biya avaient pris leurs quartiers à l’hôtel Intercontinental, un groupe de Camerounais vivant à l’étranger et réunis sous la bannière du Collectif des organisations démocratiques et de la diaspora camerounaise (Code), vient de remettre une nouvelle couche. Dans un communiqué rendu public mardi 4 avril 2017 et baptisé Alerte n°104, ce collectif annonce «une action à l’Intercontinental», un palace chic de la ville suisse où le chef de l’Etat a ses habitudes. 
 
Selon les termes de ce communiqué cité par le site Internet Cameroon-info.net, « le président Paul Biya est rentré s’installer à l’hôtel Intercontinental à Genève, après sa visite officielle en Italie, qui lui a servi de prétexte pour aller en villégiature, accompagné par une basse-cour pléthorique, dont les séjours et les fastes coûtent inutilement chers aux contribuables camerounais », lit-on dans le document signé du président du Code, Brice Nitcheu. L’un des activistes, réputé anti-Biya, bien connu des milieux des revendications politiques camerounaises en Europe, estime que le numéro un camerounais, a disparu en laissant derrière lui, de nombreux problèmes cruciaux à l’instar de celui des enseignants qui accusent jusqu’à 60 mois de salaires impayés, de la situation dans les régions anglophones ou encore des Lions indomptables «séquestrés dans un hôtel de Bruxelles pour défaut dé paiement». 
 
7 jours pour rentrer au pays 
 
Le Code reproche à Paul Biya d’avoir disparu des radars et s´est offert une villégiature, au terme de sa visite officielle en Italie et au Vatican, dans un contexte où le pays va mal avec à la clé, le climat délétère qui sévit dans les régions anglophones depuis six mois. De ce point de vue, le Code et son leader estiment que le séjour de Paul Biya a Genève est «inopportun, coûteux, inutile, et lui demande de rentrer au pays assumer ses responsabilités pour lesquelles il prétend avoir été élu, et ceci dans un délai de 7 jours à partir de la date de la publication de cette alerte citoyenne». Les jours de Paul Biya et de sa suite à l’hôtel Intercontinental sont désormais comptés.
 
Quand on sait qu’en octobre 2016, l’un des membres du Code, Emmanuel Kemta, via un haut-parleur avait perturbé la sérénité habituelle dans cet hôtel de luxe, il y a lieu de prendre la menace au sérieux. On se souvient de ces diatribes contre le champion du Renouveau «Paul Biya, que faites-vous ici ? Vous fuyez la misère que vous avez créée au Cameroun pour venir vous cacher ici ? Vous sortez de cet hôtel et vous rentrez diriger le Cameroun. Vous êtes le président du Cameroun et non de la Suisse» fulminait-il, malgré l’intervention des forces de l’ordre venues à la charge. 
 
Toutes choses étant égales par ailleurs, Brice Nitcheu indique que «le Code a formellement saisi la direction de l’Intercontinental pour protester contre cette infantilisation excessive du président du Cameroun, et se réserve le droit de faire recours a toute action qu’il juge nécessaire, à l’intérieur comme à l’extérieur de cet hôtel». Autant dire que le séjour présidentiel à Génève ne sera pas un long fleuve tranquille. 
 
Alain NJIPOU 

: Afrique Monde