Nombre total de visites : 3388899
Aujourd'hui : 293
En ligne actuellement : 4

Cameroun: un lendemain qui déchante après un sacre à la CAN.« Nous n'avons pas mangé ce midi, a asséné le technicien belge en conférence de presse après la défaite de son équipe. Le personnel de l’hôtel a refusé de nous servir, parce que !!

2017-03-30 06:13:31 - Face à la Guinée, mardi 28 mars, à Bruxelles, le Cameroun a connu sa première défaite (2-1) depuis son sacre gabonais à la CAN en février 2017. Un revers qui vient raviver les tensions déjà présentes au sein des champions d’Afrique à quelques semaines de la Coupe des Confédérations et à cinq mois de la troisième journée des éliminatoires du Mondial 2018.

Les impressions mitigées laissées lors de la victoire difficile en match amical face à la Tunisie (1-0), vendredi dernier se sont confirmées mardi devant la Guinée (1-2). Les Lions indomptables du Cameroun, champions d’Afrique en titre, ne se portent pas très bien. Et même si le sélectionneur Hugo Broos n’avait à sa disposition que 16 champions d’Afrique sur les 23, la défaite devant la Guinée, absente lors de la dernière CAN, est à chercher ailleurs.
 
Dans la préparation d’avant match surtout. « Nous n'avons pas mangé ce midi, a asséné le technicien belge en conférence de presse après la défaite de son équipe. Le personnel de l’hôtel a refusé de nous servir, parce que l’hôtel n’avait pas été payé. »

Broos, un départ inévitable ?
 
C’est un Hugo Broos remonté et révolté qui n’a pas hésité à désigner les membres de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) comme principaux responsables de ce couac. « Ce sont des gens qui sont là dans leur fauteuil, ils ne foutent rien. Ça, on ne peut pas l’accepter ». Déjà obligé de monter au créneau pendant la CAN pour des questions de primes dues à ses joueurs, confronté à des retard de salaires, Broos pourrait envisager une fin de collaboration avec le Cameroun. « Je vais réfléchir à mon avenir », a-t-il fait savoir d’ailleurs mardi.
 
De fait, les Lions Indomptables pourraient perdre leur sélectionneur, déjà dans le viseur de l’Afrique du sud, alors que les échéances internationales s’approchent. « J’espère qu’on va continuer avec lui (Broos) », a souhaité le capitaine camerounais, Benjamin Moukandjo, sur Radio Foot, il y a quelques jours.
 
Aujourd’hui, il n’est pas certain que le Cameroun aura à sa tête Hugo Broos le 18 juin prochain en Russie lors de son premier match face au Chili, en Coupe des Confédérations. Surtout, les Lions Indomptables auront besoin de leur guide pour bien aborder les 3e et 4e journées des éliminatoires du Mondial 2018, le 28 aout et le 2 septembre face au Nigeria pour une double confrontation qui s’annonce décisive. Le Cameroun aura besoin de toutes ses forces, et à l’heure actuelle, c’est loin d’être le cas.
 
RFI

: Afrique Monde