Nombre total de visites : 3313120
Aujourd'hui : 482
En ligne actuellement : 2

Chine : Pékin exige « toute la lumière » sur la mort d’un ressortissant chinois tué par la police à Paris (vidéo)

2017-03-29 00:01:39 - Deux jours après la mort de Shaoyo Liu, un père de famille chinois de 56 ans tué par la police dans le 19e arrondissement de Paris dimanche, la Chine a exigé, mardi 28 mars, que la France fasse « toute la lumière sur cette affaire ».

Pékin demande également à la France de protéger « la sécurité et les droits » de ses ressortissants, a annoncé Hua Chunying, la porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois.
 
« La sécurité des ressortissants chinois est une priorité des autorités françaises », lui a répondu quelques heures plus tard Romain Nadal, son homologue français. « Des mesures renforcées ont été adoptées ces derniers mois et toutes les dispositions sont prises pour leur réserver les meilleures conditions d’accueil et de sécurité, a-t-il assuré. 
 
C’est ce que le consul général de France à Pékin a confirmé lors de son entretien avec les autorités chinoises. »
Les cinq enfants de la victime, dont quatre étaient présents au moment des faits, ont été entendus mardi par l’inspection générale de la police nationale (IGPN), ainsi que sa femme, qui n’était pas présente, a précisé une source proche de l’enquête. Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, recevait dans la soirée une délégation de la communauté chinoise. Le deuxième district de la police judiciaire est de son côté chargé de l’enquête sur l’agression présumée.
 
Deux versions contradictoires
 
Dimanche soir, des membres de la brigade anticriminalité (BAC) se rendent dans le quartier Curial en réponse à un appel concernant « un différend familial ». Sur place, l’homme aurait agressé à l’arme blanche l’un des policiers, selon la version policière.
 
Une source au sein de la police précise que le coup de ciseau qui aurait été porté par le père de famille aurait « ripé sur le côté du gilet pare-balles » du policier, le blessant légèrement au niveau de l’aisselle. Un collègue du fonctionnaire aurait alors tiré, blessant mortellement le père de famille.
 
La famille du défunt « conteste totalement la version des faits », a déclaré lundi l’avocat des proches, Me Calvin Job. Ce soir-là, « un voisin a appelé la police en disant qu’il y avait des cris », mais, selon eux, il n’y a eu « aucun différend familial », a-t-il ajouté. Lorsque la police a frappé à la porte du domicile, M. Liu « est arrivé à la porte avec les ciseaux qu’il avait pour s’occuper du poisson qu’il cuisinait », a témoigné l’une de ses filles auprès du journal Le Parisien. 
 
« Les policiers ont ouvert de force la porte de l’appartement, ce qui l’a propulsé vers l’arrière », raconte Me Job. Le père de famille n’a « porté aucun coup » et « ne s’est pas précipité » sur les policiers, assure-t-il, précisant que la police a « tiré sans sommation », dans la zone du thorax.
 
Des incidents en 2012 et 2016
 
D’après une source proche de l’enquête, les policiers avaient déjà été requis pour intervenir en 2012 au même domicile alors que le père jetait du matériel informatique du sixième étage. Il avait alors été conduit à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. En novembre 2016, une main courante avait été déposée parce qu’il déambulait dans les parties communes avec une barre de fer.
 
La famille est actuellement relogée dans un hôtel. « Ils sont choqués et ne comprennent pas pourquoi la police a besoin de travestir la réalité », s’inquiète Me Job, qui a fait part de son intention de déposer plainte. Selon lui, « aucun des principes de légitime défense n’a été respecté. On est face à la première manifestation des conséquences de la loi sur la légitime défense ». Celle-ci, promulguée à la fin de février, modifie les règles d’ouverture du feu par les forces de l’ordre. Mais les principes qui conditionnent la légitime défense, l’immédiateté, la nécessité et la proportionnalité, restent inchangés.

Une manifestation dégénère, 35 arrestations
 
Lundi soir, devant le commissariat du 19e arrondissement, une manifestation de protestation en réaction à la mort du père de famille a dégénéré. « Trente-cinq personnes ont été arrêtées » lors du rassemblement d’environ cent cinquante « membres de la communauté asiatique », a rapporté la préfecture de police de Paris mardi matin.
 
Vingt-six personnes ont été arrêtées pour participation à un groupement en vue de commettre des violences, trois pour violences sur agent de la force publique et dégradation d’un véhicule de police par engin incendiaire et six pour jets de projectile, a précisé la préfecture de police.
 
Trois policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI 75) ont été blessés légèrement. Un véhicule de police a été endommagé par un engin incendiaire, ainsi que trois automobiles appartenant à des particuliers.
 

 
 
Julia Pascual 
Journaliste au Monde
 
 

: Afrique Monde