Nombre total de visites : 3313119
Aujourd'hui : 481
En ligne actuellement : 4

France : Arrestation de son fils. Pécresse dénonce une « déstabilisation politique »

2017-03-28 20:48:57 - Il semble qu’on se bouscule au portillon de notre Conspiracy Club… Le complot est bel et bien une réalité puisque Valérie Pécresse vient de se rendre compte que les cabinets noirs pouvaient exister et agir contre ses intérêts, mais en dehors de ce pathétique et minuscule complot, elle vous expliquera que les autres – ceux que nous dénonçons et dont elle ne pâtit pas personnellement –  n’existent pas !

La présidente de la région Ile-de-France compte porter plainte après lecture du livre Bienvenue Place Beauvau, qui laisse entendre que l’interpellation de son fils, pour détention de cannabis en septembre dernier, a été exploitée à des fins politiques.
 
Valérie Pécresse a « la nausée ». La présidente de la région Ile-de-France a publié ce samedi sur son compte Twitter un communiqué dans lequel elle exprime sa « stupeur » à la lecture du livre Bienvenue Place Beauvau d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé. Cause de son courroux, un passage portant sur le contrôle de son fils en possession de cannabis, qui avait été arrêté avec 3 grammes de drogue en septembre 2016.
 
« J’apprends que j’aurais été victime d’une tentative de déstabilisation politique », écrit-elle. Dans le livre en question, les journalistes avancent que c’est l’un des collaborateurs de Claude Bartolone, alors président de l’Assemblée nationale (et ex-candidat en Ile-de-France), qui aurait diffusé l’information de l’interpellation de Clément Pécresse à l’ensemble de ses contacts journalistiques.
Des « méthodes ignobles »
 
Pointant le « fait rarissime » que constituerait la garde à vue du jeune homme au regard de la quantité de cannabis dont il disposait, les auteurs assurent que « le renseignement intérieur aura mis moins d’une heure à être exploité politiquement ».
 
Les journalistes laissent ainsi entendre que l’affaire aurait fuité avec la complicité de Claude Bartolone, battu par Valérie Pécresse aux élections régionales. Une fuite qui n’aurait « pas déplu » à Manuel Valls, alors Premier ministre, lequel « voulait verrouiller à son profit la région », selon eux. Les auteurs assurent par ailleurs que c’est Jacques Meric, le Directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), un proche de Manuel Valls, qui en aurait informé le préfet de police.
 
Dans son communiqué, la présidente de région a dénoncé des méthodes « ignobles » qui « consistent à s’attaquer aux enfants d’un opposant politique pour lui nuire » et s’est elle aussi étonnée de la « disproportion » entre la garde à vue de son fils et les faits qui lui étaient reprochés ainsi que de la « rapidité » du traitement de l’information dans les médias.
 
« MM. Hollande, Valls, Bartolone et Cazeneuve doivent rendre des comptes sur les faits relatés dans ce livre qui, s’ils sont avérés, déshonorent la politique et abîment la démocratie », ajoute-t-elle, indiquant avoir mandaté son avocat pour porter plainte pour « atteinte à la vie privée, violation du secret de l’enquête et violation du secret professionnel ».
 
Valérie Pécresse et Claude Bartolone n’en sont pas à leur premier différend. La première avait déposé une plainte contre le second qui l’avait traitée de « candidate de la race blanche » durant la campagne des régionales. Elle l’avait finalement retirée quand il […]
 
L’Express

: Afrique Monde