Nombre total de visites : 3288267
Aujourd'hui : 510
En ligne actuellement : 4

USA: l'Université de Floride fait arrêter et renvoie un étudiant africain. La raison (Photo)

2017-03-03 02:04:58 - Un étudiant tunisien originaire de Sfax âgé de 22ans, inscrit à l'université de Floride « Florida Gulf Coast University » (FGCU) a été arrêté et suspendu du campus pour voies de fait graves et de harcèlement criminel à l'encontre d'une étudiante avec laquelle il sortait, rapporte le site news-press.

Selon la police de l'Université, l'étudiant, Sofiene Azabou, avait une liaison avec l'étudiante sur le campus depuis le début du mois de janvier dernier et après quelques temps, l'étudiant a changé de comportement envers sa dulcinée.
 
Le rapport de police indique que l'étudiante a indiqué que sa relation avec l'intéressé était normale pendant une semaine, avant qu'il ne devienne irascible pour se mettre en colère, notamment après lui avoir fait l'historique de ses précédentes rencontres galantes et ses liaisons avec d'autres hommes.
 
Elle a ajouté que son compagnon lui a intimé l'ordre de rester dans sa chambre au foyer universitaire, le 18 janvier, pour aller « faire la bringue » avec ses amis et revenir en état d'ébriété, affirmant qu'il a saisi un pistolet à air comprimé qu'il a pointé sur sa tête et a appuyé sur la gâchette. Aucun coup de feu du pistolet n'a cependant été tiré.
 
Le colocataire de l'étudiant a confirmé l'incident à la police précisant que ce dernier a été pris de rage contre lui l'accusant de rester ami avec l'étudiante. Il a ajouté dans sa déposition à la police du campus que l'étudiant l'a menacé de «faire de sa vie un enfer», ce qui l'a poussé à quitter le foyer au motif qu'il se sentait en danger.
 
Le jeune tunisien ne s'est pas arrêté là. Il  va continuer à torturer mentalement son ex- petite amie par tous les moyens : harcèlement téléphonique voire des menaces. Il se rend  même à son lieu de travail partiel pour demander à la voir.
 
En effet, d'après les informations,  le 17 février, le jeune homme s'est rendu à la chambre de son ex-copine. Il en est ressorti qu'après un long moment. Arrêté par la police du campus et soumis à un interrogatoire, l'étudiant fait des déclarations impossibles. Il a affirmé  aux policiers du campus que  les rapports hommes-femmes sont différentes en Tunisie.
 
Dans son interrogatoire par la police du campus, dimanche, l'étudiant a affirmé que dans l'incident au cours duquel il a utilisé le pistolet à air comprimé, il ne faisait que « plaisanter » avec elle. Le rapport de police cite également les déclarations de l'étudiant tunisien où il affirmait qu'il a été bouleversé par le fait que son ex-petite amie lui avait menti, ajoutant que «dans mon pays, quand une femme fait quelque chose comme cela, vous rompez tout contact avec elle. »
 
Des propos qui lui ont valu le retrait des commodités offertes par l'université. Son logement  pourrait également lui être retiré.
 
« Il est désormais incarcéré avec interdiction de suivre les cours, même en ligne, sa caution a été fixée à 20 000 dollars, soit près de 45 000dt. Une injonction temporaire a également été déposée contre lui devant le juge des affaires familiales, Elizabeth Adams », explique: « Ceci n'est autre que le résultat d'un état patriarcal qui donne à l'homme le droit de posséder une femme. Qui les éduque à considérer la femme comme une propriété privée. Ceci n'est autre que le fruit de notre société », caricature une jeune militante tunisienne pour les droits de l'homme.
 
Afrikamag

: Afrique Monde