Nombre total de visites : 3283494
Aujourd'hui : 270
En ligne actuellement : 3

Afrique du Sud - Attaques xénophobes : le Nigeria interpelle l'Afrique du Sud et l'UA

2017-02-22 01:30:36 - Le Nigeria a menacé l'Afrique du Sud de "terribles conséquences" si les attaques ciblées contre les Nigérians ne cessent pas. Abuja s'insurge notamment des récentes attaques xénophobes en Afrique du Sud qui ont pénalisé des entreprises des citoyens nigérians.

Abike Dabiri-Erewa, la conseillère spéciale du président Muhammadu Buhari en charge des Affaires étrangères et de la Diaspora a du reste appelé Pretoria à prendre des mesures idoines afin de "protéger les ressortissants nigérians et autres ressortissants africains", précise-t-elle dans un communiqué.
 
Dans cette note, l'Union africaine est également interpellée. La diplomate recommande ainsi à l'organisation panafricaine de peser de tout son poids pour mettre un terme à ces violences qui peuvent avoir des "conséquences désastreuses.
 
Nous avons perdu environ 116 Nigérians au cours des deux dernières années et en 2016 seulement, environ 20 ont été tués. C'est inacceptable pour le peuple et le gouvernement du Nigeria.
 
"Nous avons perdu environ 116 Nigérians au cours des deux dernières années et en 2016 seulement, environ 20 ont été tués. C'est inacceptable pour le peuple et le gouvernement du Nigeria", a-t-elle ajouté.
 
Selon Mme Abike Dabiri-Erewa, des Nigérians d'Afrique du Sud ont exprimé leurs craintes quant à de nouvelles attaques xénophobes qui les guettent dans les prochains jours.
 
En attendant que des solutions concrètes soient trouvées, elle leur a recommandé la prudence, car il semblerait que le gouvernement sud-africain n'ait "aucun contrôle" sur ces violences.
 
Il y a moins de deux semaines, des dizaines de maisons appartenant à des migrants africains étaient incendiées à Rosettenville, un quartier situé au sud de Johannesburg. Les riverains de ce quartier reprochent particulièrement aux Nigérians d'y faire prospérer le trafic de drogue et de le transformer en un refuge de prostituées. Les autorités sud-africaines avaient alors appelé au calme et à la retenue.

Africanews

: Afrique Monde