Nombre total de visites : 3264117
Aujourd'hui : 102
En ligne actuellement : 6

Sondage redressé : Mélenchon fait une percée à 18%, Mélenchon volontairement sous-évalué par l'Ifop

2017-02-13 13:00:29 - Contrairement à ce que tentent de faire croire les sondages, « corrigés », des instituts traditionnels, « Filteris Euromédiations » estime que le candidat de la France Insoumise n’a pas reculé dans les intentions de vote, bien au contraire, il continue sa progression. Il atteint désormais 18% et compte plus de 240 000 soutiens.

Les sondeurs traditionnels ont, dès le soir de l’élection de Hamon à la primaire des socialistes, corrigé les intentions de vote en faveur de ce dernier, -allez savoir pourquoi ?-, en le propulsant miraculeusement, en quelques heures, de 9 à 15%. Ce faisant, ils rétrogradèrent le charismatique porte-parole et candidat de la vraie gauche à 10%, au lieu des 15% qui lui étaient attribués.

Etait-ce en application du principe physique des vases communicants ? S’il y a bien une chose qui ne fonctionne pas ou mal entre les deux candidats et leur électoral potentiel, c’est bien la communication. Bien entendu, au nom de l’appartenance à une famille politique se réclamant d’un socle idéologique commun (Jaurès, Blum, etc.), certains tentent (désespérément) de jeter des passerelles entre les deux.

Peine perdue, Hamon, malgré ses incantations socialement progressistes, est le candidat d’un parti qui, sous la houlette de Hollande et Valls, s’est labellisé « social-démocrate », ou, pour être plus précis : « libéral ». Malgré sa bonne volonté, s’il veut rassembler dans son camp, pour contrer Macron, Hamon est contraint de se renier. Il finira sans doute par porter un programme très édulcoré par rapport aux annonces de campagne, qui avait enthousiasmé une majorité de votants à la primaire (revenu universel, etc.).

Mélenchon volontairement sous-évalué par l’Ifop

Depuis lors, Mélenchon fait figure de dommage collatéral de cette primaire des socialistes. C’est ce qu’ont intérêt à faire croire, ceux qui craignent comme la peste, les idées défendues par le tribun du peuple de la gauche qui élargit chaque jour son audience et compte à présent plus de 240 000 soutiens. Pourquoi ?

La réponse s’impose comme une évidence. Les instituts de sondage qui constatent, mois après mois, dans leurs études, la place de choix qu’occupe Mélenchon, parmi les deux ou trois personnalités politiques dont les Français ont une bonne opinion, ont sauté sur l’aubaine Hamon.

Un polémique, via Twitter, entre l’Ifop (Dentressangle, ex-Parisot, ancienne présidente du Medef) et Mélenchon, rapportée dans Libération du 8 février, fait état des explications de son directeur Frédéric Dabi, qui se justifie, à propos des tout derniers chiffres qui placent, après un redressement politique contesté par l’intéressé, à 10% au lieu de 17% et en revanche propulsent Hamon à 16,5% au lieu des 12% réellement enregistrés. (Voir la réponse de Mélenchon, ci-dessous).

Mélenchon est en réalité à 18%

Reste que Mélenchon a reçu un renfort de poids avec les évaluations de Filteris Euromédiations, dont la méthodologie diffère sensiblement des instituts traditionnels :

 « Les sondages "traditionnels" estiment que Jean-Luc Mélenchon stagne autour de 10 % d'estimations de vote au premier tour de la Présidentielle. Or, selon la société Filteris Euromédiations, l'analyse des perceptions et des valeurs qui sont associées à chacun des dix candidats déclarés aujourd'hui indique que Jean-Luc Mélenchon se situe bien plus haut : (18%). »

« Ce sont donc ces millions de voix et de données exprimées naturellement qui sont récoltées et analysées par Filteris-Euromédiations grâce à une méthode axiologique qui a fait ses preuves depuis maintenant dix ans. Il s’agit d’une expertise scientifique développée à l’Université Laval de Québec, basée sur des calculs différents de ceux qu'utilisent habituellement les sondeurs. »

Les intérêts des instituts traditionnels sont de servir leurs commanditaires ou donneurs d’ordres, eux-mêmes médias ou entreprises aux mains de milliardaires. Ce que résume Laurent Bocquillon, militant FI : « Quand un journal détenu par un milliardaire défend un institut de sondage détenu par un milliardaire pour accabler le candidat qui veut aider le peuple à reprendre le pouvoir accaparé de manière mafieuse par des milliardaires, ça donne ça. »

Agoravox

: Afrique Monde