Nombre total de visites : 3310614
Aujourd'hui : 672
En ligne actuellement : 3

Affaire Fillon. L'«ex-collègue» de Penelope Fillon gagnait 607 €

2017-02-08 23:56:44 - L’ex-assistante parlementaire de Marc Joulaud et François Fillon, Jeanne Behre-Robinson a fait "une mise au point" dans un entretien accordé au quotidien Le Courrier de l’ouest, ce mercredi 8 février.

Le Canard Enchaîné l’a appelée le lundi 23 janvier. Soit deux jours avant les premières révélations du quotidien satirique sur les soupçons d’emploi fictif visant l’épouse de François Fillon, Penelope Fillon.

« Que comme femme de ministre »
 
Adjointe à la sécurité du maire d’Angers, encartée à l’UDI, Jeanne Behre-Robinson, l’ex-assistante parlementaire de Marc Joulaud, maire de Sablé-sur-Sarthe, et de François Fillon, avait alors précisé n’avoir « jamais » travaillé avec Penelope Fillon. « Je ne la connaissais que comme femme de ministre », avait-elle ajouté.
 
« Je travaillais pour ces deux-là »
 
Aujourd’hui, dans un entretien accordé au quotidien Le Courrier de l’ouest, Jeanne Robin-Behre précise qu’en 2005, elle avait deux contrats : l’un avec Marc Joulaud, l’actuel maire de Sablé-sur-Sarthe, ancien employeur de Penelope Fillon et député suppléant de François Fillon ; le second, avec Jean-Pierre Chauveau, sénateur de la Sarthe. Elle précise : « Je travaillais pour ces deux-là, plus François Fillon. Parce que, de toute façon, le territoire c’est François Fillon. Et les demandes, elles arrivaient chez lui. »
 
"Je l’ai côtoyée sur des réceptions"
 
L’attachée parlementaire angevine, à l’époque âgée de 25 ans, travaillait à la mairie de Sablé-sur-Sarthe. Et allait à l’Assemblée « pour les visites, quand on avait des choses avec le ministère ». Penelope Fillon ? Jeanne Behre-Robinson répond avec prudence : « Directement, je n’ai pas travaillé avec elle mais ça ne veut pas dire qu’elle ne travaillait pas. Je l’ai côtoyée sur des réceptions, quand j’emmenais des groupes à Paris, en même temps, vu mes fonctions, je n’avais pas à travailler avec elle non plus. »

Un écart de 607 € à 6 900 €
 
Marc Joulaud rémunérait l’assistante angevine 607 € par mois, apprend-on dans cette interview. « Il y avait aussi Igor Mitrofanoff, l’autre assistant parlementaire. » Et Penelope Fillon, embauchée en CDI à plein-temps dès juillet 2002, qui aurait perçu un salaire de 6 900 € bruts mensuels. Augmenté de 1 000 € bruts en 2006, selon Le Canard Enchaîné du 25 janvier.

Une enveloppe de 9 561 €
 
Chaque député dispose d’une enveloppe de 9 561 € brut mensuels pour rétribuer ses assistants parlementaires.
 
ouest-france

: Afrique Monde